C’est la fin pour Daedalic Entertainment

Patrick Tremblay
Patrick Tremblay
lecture de 3 minutes

Le studio derrière The Lord of the Rings: Gollum, considéré comme le pire jeu de l’année, licencie plus du quart de ses employés

Daedalic Entertainment, le studio basé à Hambourg, se concentrera uniquement sur l’édition de jeux vidéo, ce qui signifie à l’octroi de licences, le marketing et la distribution.

Dans un communiqué distribué vendredi dernier, l’entreprise dit qu’il s’agit ici d’un “tournant difficile” et qu’il faut considérer le tout comme “un nouveau départ dans la longue histoire de Daedalic Entertainment”.

Dans le cadre de cette restructuration, les travaux sur un autre jeu basé sur la franchise The Lord of the Rings sur lequel planchait le studio depuis mi-2022 ont également été interrompus. Malgré une subvention de plus de 2 millions d’euros pour le jeu d’action-aventure promis qui devait sortir l’an prochain, le studio a préféré aviser le ministère des Affaires économiques de l’arrêt de projet en consédent la licence à Middle-Earth Enterprises, une division d’Embracer Group.

“Nous apprécions beaucoup chaque membre de notre équipe et il est important pour nous que la transition se déroule aussi bien que possible. Par conséquent, nous aiderons nos 25 anciens employés à trouver de nouvelles opportunités au sein de notre réseau.”

Daedalic Entertainment

Le studio, ayant reçu de nombreux prix par le passé pour, entre autres, Deponia et The Long Journey Home, était sur une pente raide depuis quelques années. L’adaptation du roman The Pillars of Earth ayant échoué et le jeu A Year of Rain ayant été abandonné, ceci avait mis fin aux studios de Munich et de Rhénanie-du-Nord-Westphalie qui furent dissous.

Daedalic Entertainment fait maintenant partie de l’éditeur français Nacon, qui l’a acquis en avril 2022 pour 53 millions d’euros.

Le studio se concentrera donc uniquement sur l’édition de jeux dont, entre autres, Unrailed, Barotrauma, Witch It, Shadow Tactics et Inkultinati. Pour les fans de Deponia, sachez également que, comme le studio n’était que co-développeur et ne contribuant qu’à la partie créative du jeu, celui-ci ne sera pas impacté par la décision puisqu’il est développé par AtomicTorch, un studio externe ayant planché récemment sur le jeu Cryofall.

Partager cet article
S'abonner :
Père de famille, gamer, chroniqueur pour Métro Média, développeur de jeu indépendant et programmeur dans la vie de tous les jours : j'initie mes enfants au plaisir du gaming avec les classiques des anciennes générations ainsi que les jeux récents.
Écrire un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.