TEST – Another Code: Recollection

Patrick Tremblay
Patrick Tremblay
lecture de 11 minutes

Enquêtez sur la vérité dans deux aventures complètement améliorées

Incarnez Ashley Mizuki Robins dans cette version entièrement améliorée des jeux Another Code: Two Memories, sorti initialement sur Nintendo DS, et Another Code: R – A Journey into Lost Memories, sorti sur la Nintendo Wii au Japon et en Europe uniquement.

Bande-annonce – Another Code: Recollection

L’histoire tragique d’une famille

Another Code, un bijou méconnu dans l’univers des jeux vidéo, prouve que juger un livre par sa couverture, ou dans ce cas, un jeu par son résumé, peut nous priver d’une expérience exceptionnelle. Plongeons dans cet univers captivant où l’intrigue se mêle à des mécaniques de jeu intelligentes et à des personnages mémorables.

L’histoire commence avec Ashley Mizuki Robbins, une adolescente de 14 ans, sur une mission émotionnelle pour retrouver son père disparu depuis longtemps sur une île isolée. Celui-ci travaille sur un énorme projet gouvernemental, dans des laboratoires secrets, sur la mémoire humaine et sur la capacité de modifier les souvenirs.

Un jeu surprenant

Là où beaucoup pourraient s’attendre à une aventure typique de science-fiction avec des laboratoires gouvernementaux secrets, Another Code prend une direction surprenante. Loin des clichés, le jeu dévoile une histoire calme et intimiste centrée sur les personnages. Ashley, plongée dans une quête personnelle, doit explorer ses propres souvenirs et dévoiler les mystères d’un vieux manoir sur Blood Edward Island.

La transition du genre point-and-click, traditionnellement réservé au PC, vers la Nintendo Switch n’a pas été sans défis, surtout puisque le jeu original, sorti sur la Nintendo DS, était un jeu en vue sur le dessus avec un second image. Another Code Recollection relève brillamment ce défi en offrant maintenant un jeu entièrement en trois dimensions. L’utilisation de l’écran tactile n’est pas proposée dans la version Nintendo Switch, ce qui aurait pu apporter un petit “je ne sais quoi” de plus intéressant pour les joueurs. Néanmoins, l’exploration de l’environnement se voudra une expérience intuitive. L’interface du jeu s’intègre parfaitement aux propriétés uniques de la Nintendo Switch, tout en restant accessible aux adeptes des aventures en point-and-click sur PC ou comme nous trouvons depuis quelques temps sur diverses consoles.

Un aspect notable de Another Code Recollection est sa taille modeste, idéale pour des sessions de jeu courtes. En cinq ou six heures, les joueurs peuvent parcourir le premier volet de l’aventure, intitulée à l’origine comme étant Another Code: Two Memories ou, en Amérique du Nord, Trace Memory. Certes, une durée qui pourrait sembler courte pour certains, mais qui se révèle parfaitement dosée pour maintenir l’attention du joueur. Plutôt que de ressentir le besoin d’étirer le contenu, le jeu laisse une impression de satisfaction, démontrant qu’une expérience courte peut être tout aussi gratifiante.

L’intrigue, décrite de manière douce et subtile, offre une immersion profonde. Bien que l’action immédiate puisse sembler mince, les riches histoires et les souvenirs perdus à découvrir ajoutent des couches de profondeur à l’expérience.

Ashley, guidée par des instructions mystérieuses de son père présumé mort, embarque dans un voyage émotionnel sur Blood Edward Island. Lorsque sa tante Jessica disparaît, Ashley se retrouve seule pour explorer l’île et percer les secrets d’un manoir qui résonne d’histoires passées. La rencontre avec D, un fantôme amnésique, ajoute une dimension supplémentaire à l’histoire, offrant un compagnon invisible mais essentiel à Ashley. Elle découvrira, grâce à ses investigations et à son compagnon, ce qui lie l’endroit à ses parents et à la mort tragique de sa mère, assassinée.

Les fils narratifs s’entrelacent de manière élégante vers la conclusion, mais c’est le passage d’Ashley de l’adolescence naïve à l’âge adulte qui confère à l’histoire son noyau émotionnel. Alors que la résolution d’un mystère de meurtre est présente, elle sert de moyen plutôt que d’être le centre de l’intrigue. C’est rafraîchissant de voir l’accent mis sur les personnages, avec Ashley comme protagoniste curieuse mais vulnérable, une représentation réaliste de son âge. Les motivations et les personnalités des autres personnages ajoutent à la crédibilité de l’ensemble.

De la Nintendo DS en vue sur le dessus à un jeu intégralement en 3D

La Nintendo Switch offre une gamme variée d’interactions mais, hélas, ne se reflètent pas dans le jeu. Aucune utilisation de l’écran tactile ou bien des Joy-Cons. Tout se déroule dans le même principe que tout bon jeu traditionnel, manette à la main. Dans le jeu originel, ces mécanismes d’utilisation de l’écran tactile ou même du microphone ne sont pas simplement des ajouts superficiels, mais contribuent réellement à l’expérience de jeu. Ici, ce n’est hélas pas le cas ou presque. Seuls quelques moments vous demanderont d’utiliser, par exemple, les mouvements haptiques de la console ou des Joy-Cons pour déplacer des objets à l’écran.

Visuellement, Another Code Recollection adopte une esthétique sublime qui rappellent un espèce de dessin animé où nous serons principalement dans des plans caméras où celle-ci suit Ashley de près. Les environnements intégralement en 3D en temps réel et des personnages dessinés dans un style anime viendront proposer un visuel sympathique et attachant. Cette combinaison audacieuse de techniques fonctionne étonnamment bien, créant une cohérence visuelle unique. Cependant, une critique mineure concerne les mouvements de la caméra : Ashley, lorsque nous faisons des rotations de caméras, tourne très lentement, ce qui implique que la caméra se place tout aussi lentement. Nous aurions aimé que celle-ci suive plus rapidement notre protagoniste.

Certains critiques pourraient être tentés de pénaliser Another Code: Two Memories en raison de sa durée de jeu relativement courte et de la facilité de ses énigmes. Cependant, celui-ci offre en toute modestie une expérience de jeu captivante, émotionnelle et intelligente. La trame audio n’est pas très accrocheuse mais demeure néanmoins plaisante à écouter et, avoir eu la première partie plus longue aurait pu être, à mes yeux, trop ennuyante et aurait pu même faire décrocher certains joueurs. J’ai vu plusieurs autres jeux de puzzles être plus long et, clairement, ça n’avait pas été à leur avantage.

Après le générique, l’aventure se poursuit

Another Code: R – A Journey into Lost Memories, qui est un jeu sorti sur la Nintendo Wii uniquement au Japon et en Europe, viendra poursuivre par la suite, proposant une nouvelle aventure encore jamais vue en Amérique du Nord qui, de son côté, viendra proposer une histoire qui prendra entre 15 à 20 heures en tout et partout.

La deuxième partie nous ramène dans la vie de la sympathique Ashley, maintenant âgée de 16 ans, invitée au Lake Juliet par son père. Puisque son père n’a pas respecté son entente de revenir à la maison à chaque weekend pour passer du temps avec sa fille, celle-ci décide de le rejoindre mais à reculons.

Les visuels combinent habilement des modèles de personnages en 3D encore une fois et nous voyons très clairement qu’Ashley a vieillit. Les conversations ressemblent, tout comme la première partie, à des personnages qui discutent sur la base d’une image mais, par moment, quelques animations et expressions viendront combler un petit vide.

La bande sonore, dans cette nouvelle partie, est nettement plus renforcée et présente. Je dirais même qu’il est plus facile de venir faire la différence dans les émotions de notre protagoniste grâce à cette belle trame. Le jeu se voudra aussi bien rythmé que la première partie, alternant aisément entre les segments textuels et les défis interactifs.

L’aspect de la réflexion basée sur la logique est toujours très présent, avec la surveillance des flux de caméras de sécurité et la résolution d’énigmes basées sur des photos.

L’histoire à Lake Juliet permettra à Ashley d’en connaitre plus sur sa défunte mère et se rappellera, par moment, de vagues souvenirs d’avoir déjà mis les pieds à cet endroit il y a 13 ans. Pourquoi sa mère s’est-elle rendu à cet endroit avant d’être assassinée? Voilà donc sur quoi elle devra enquêter ce coup-ci!

En conclusion, Another Code Recollection transcende les attentes initiales pour offrir une expérience de jeu inoubliable. Son mariage unique d’histoire captivante, de mécaniques de jeu intelligentes et de personnages bien développés fait de lui un trésor méconnu dans le monde des jeux vidéo. Pour les amateurs d’aventures, de puzzles et d’investigation, Another Code Recollection est bien plus qu’un simple jeu – c’est une invitation à plonger dans un monde où l’émotion et l’intelligence se rencontrent de manière magistrale au travers de souvenirs bousculés.

Un énorme “MERCI” à Nintendo of Canada pour la copie du jeu!

Nom du jeu Another Code: Recollection
Date de sortie 19 janvier 2024
Développeur Cing
Série Another Code
Éditeur Nintendo
Plates-formes Nintendo Switch
Genre Jeu de puzzles, jeu d’enquêtes
Mode de jeu Solo
Langue Multilingue (sous-titré français inclus)

Another Code Recollection

79.99$
8.5

Graphismes

8.6/10

Trame sonore

8.1/10

Jouabilité

8.3/10

Scénario

8.9/10

Durée de vie

8.7/10

Pour

  • Jolis graphismes
  • Belle trame sonore
  • Histoire plaisante et attachante
  • Deux belles aventures en un seul jeu
  • Beaucoup de contenu

Contre

  • Jeux un peu court
  • Manque de mécanique comme l'écran tactile
Partager cet article
S'abonner :
Père de famille, gamer, chroniqueur pour Métro Média, développeur de jeu indépendant et programmeur dans la vie de tous les jours : j'initie mes enfants au plaisir du gaming avec les classiques des anciennes générations ainsi que les jeux récents.
Écrire un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.