TEST – Blue Reflection: Second Light reflète l’âme d’une jeune fille armée d’une faux

Jacques Moisan
Jacques Moisan
lecture de 12 minutes

Avec Second Light, vous vivrez des aventures colorées et surtout pleines de rebondissements. N’étant pas un RPG dit traditionnel, celui-ci, j’ai bien peur, risque de passer sous le radar.

Les studios Gust et Koei Tecmo nous apporte le second titre Blue Reflection. Dans Blue Reflection: Second Light, vous incarnerez Ao Hoshizaki, une jeune lycéenne qui se retrouve dans un monde mystique n’ayant qu’une école entourée d’eau à perte de vue. Elle fera la connaissance de Kokoro, Yuki et Rena qui, tout comme elle, se retrouvent dans la même galère, celle d’être dans un monde inconnu sans aucun souvenir mis à part leur nom. Elles tenteront donc de mener leur vie et survivre au quotidien.

Lors d’une discussion avec l’une d’entre elles, un nouveau monde s’ouvrira. Lors de l’exploration de ce monde, Ao et son groupe d’amies auront la chance de se rendre compte que celui-ci permet de récupérer leurs souvenirs. En effet, chaque personnage possède son petit monde qui est, en fait, une reproduction de leur cœur. Dans ces mondes, elles verront leurs souvenirs, autant des souvenirs heureux que malheureux. Vous partirez donc à l’aventure afin de recouvrer vos souvenirs et comprendre ce qui se passe pour ce groupe de jeunes filles. Dans quel endroit vous êtes-vous retrouvé et pourquoi êtes vous là ? À vous de le découvrir.

Un jeu RPG mais pas tout à fait classique

Blue Reflection: Second Light est un RPG classique mais avec un style de combat qui joue entre le tour par tour et le temps réel. L’exploration se déroule en vue à la 3e personne et contient plusieurs casse-têtes. Malgré le fait que l’environnement est plutôt linéaire, l’exploration demeure tout de même plaisante. Avec le style de combats dynamique et le système de fabrication, ce titre est sommes toutes assez complet.

Vous pouvez exécuter plusieurs tâches qui auront pour effet d’améliorer vos personnages ou bien vous donner de nouvelles recettes pour la fabrication. Il y a beaucoup de quêtes secondaires faciles et rapides à effectuer également. L’histoire est une partie intéressante, ayant pour but de démontrer que malgré le fait que l’on peut souffrir, nous pouvons compter sur de bons amis pour nous aider à surmonter nos chagrins.

Un gameplay plutôt linéaire

Comme mentionné ci-haut, Second Light est un RPG plutôt linéaire. Les mondes dans lesquels vous naviguerez contiennent peu de chemins, cependant ceux-ci ont des chemins alternatifs qui peuvent vous aider soit à passer inaperçu, soit vous permettre d’obtenir des trésors cachés ou même prendre vos ennemis par surprise. Quelques chemins sont également ouvrables seulement lorsque vous aurez les bons outils. Ceux-ci, en revanche, sont totalement optionnels et offre souvent soit des recettes, soit des vêtements ou parfois quelques bonus. Tout au long de l’exploration, vous aurez des points de récolte pour amasser des matériaux pour fabriquer toutes sortes d’objets et aussi vous permettre de fabriquer des constructions autour de votre école.

Au niveau des combats, je trouve ce système plutôt intéressant. Chaque personnage possède plusieurs attaques qui coutent de l’éther. Chaque attaque pour vos personnages coûte 1000 éther pour une attaque standard et peut atteindre jusqu’à 3000 éther pour les attaques les plus puissantes.

Le système est basé sur le temps réel avec une barre de progression pour chaque personnage qui, à son tour, contient plusieurs niveaux. Lorsque vos personnages commencent le combat, ils sont au premier niveau « gear » qui, lorsqu’atteint, vous octroie 1000 éther. Selon l’attaque utilisée, vous pourrez faire une montée de « gear » et atteindre le second niveau et ainsi avoir jusqu’à 2000 éther et ainsi soit effectuer une attaque qui en coûtera 2000 ou bien faire un combo de deux attaques de 1000 chacune. Une fois le niveau « gear » 3 atteint, celui du 3000 éther, vos personnages se transformeront en « magic girl » sous le nom de Reflector. En mode Reflector, vous aurez un boost de statistiques et aussi des attaques plus puissantes et originales.

Le but de ce système est de vous permettre de mettre en œuvre des tactiques afin de prendre le dessus en utilisant des attaques dont l’ennemi a une faible résistance et aussi d’effectuer des combos afin de « briser » les ennemis, les rendant ainsi paralysés.

En combinant donc des attaques multiples pour profiter des faiblesses, vous soigner, vous octroyer des boosts ou bien d’infliger des statuts néfastes aux ennemis, vous aurez un amalgame de choix pour parvenir à vaincre ceux-ci. Vous devrez donc utiliser tout votre arsenal d’attaques, d’objets et de bonus selon le type d’adversaires. Cependant, un petit point négatif ici, je trouve que les attaques manquent de mordant…. Ce petit “oumpf”.

Lors de l’Exploration, vous aurez un mode que vous pourrez activer qui vous permettra d’être « caché ». Dans ce mode, vous verrez les créatures plus clairement et vous pourrez détecter aussi la direction qu’ils font face ainsi que le zone d’agression de celui-ci. Ceci vous permettra donc de soit vous faufiler pour éviter le combat, soit surprendre l’ennemi et de lui assener une attaque surprise qui le rendra plus facile à paralyser.

Certaines quêtes aurons pour but de passer inaperçu et non de combattre, alors habituez-vous à dompter cette mécanique. Dans genre de quête, disons, « ninja », vous devrez traverser une zone infestée sans attirer l’attention du tout pour atteindre votre but.

Ce qui est, en revanche, un peu dommage dans ce cas-ci, c’est le côté très répétitif au niveau des combats. Lorsque vous aurez trouvé votre rythme, ceux-ci deviendront qu’un simple ralentissement dans la traversée.

Mis à part des combats et de l’exploration, vous aurez un système de fabrication d’objets. Ce système fort simple rappelle de près celui de la série Atelier. Vous n’avez qu’à ramasser les matériaux et, ensuite, fabriquer divers objets. Que ce soit pour les soins, des boosts divers ou même des objets d’attaque, chacun d’entre eux saura vous être utile.

Mis à part des objets de quêtes, vous aurez également à construire des zones autour de l’école tel un café, une zone de repos, un vendeur sur le bord d’une plage, etc. Ces zones seront nécessaires pour certains éléments de l’histoire et chaque construction donnera aussi des boosts passifs aux personnages qui seront suffisants pour être une bonne aide.

En ce qui concerne la montée de niveau des personnages, il y a la méthode standard d’amasser de l’expérience pour les niveaux et aussi apprendre certaines habiletés. Cela dit, il y a aussi un autre type qui utilise des TP, des points d’amitié si vous voulez, qui se cumulent de différentes façons. Parmi les façons d’obtenir des TP, vous pouvez soit avoir une simple discussion avec vos amies, soit effectuer des quêtes secondaires ou même d’avoir une sortie en privé avec l’une d’entre elles afin de passer un bon moment. Tous ces TP serviront à débarrer des bonus de statistiques, des attaques spéciales et même des habiletés liées à la fabrication. Avec ces habiletés de fabrication vous pourrez insuffler des bonus aux objets tels la capacité de soigner et augmenter l’attaque, revivre et avoir des soins sur la durée, etc. En effectuant des combos avec les personnages et les différentes habiletés, lors de la fabrication, vous aurez différents effets.

Au final, lors de certains évènements, vous obtiendrez également des fragments. Ceux-ci feront office « d’équipements » afin de vous donner des bonus.

L’ambiance en général

Dès le départ, parlons de l’histoire. Lorsque vous commencerez le jeu, vous vous retrouverez immédiatement dans le vif du sujet. Vous serez perdu, sans aucune explication, vous vous demanderez probablement même si Second Light n’est pas une suite directe du premier Blue Reflection et que si vous ne l’avez pas joué, vous êtes perdu. He bien non!

En fait, vous commencez le jeu tout aussi perdu que les personnages. C’est un peu ça le but, en fait! Comme celles-ci se retrouvent dans un monde perdu sans aucun souvenir, le jeu vous fait ressentir la même chose.

Ce qui fut une surprise est le fait que d’en apprendre plus sur l’histoire provient vraiment du principe que vous devez progresser comme les protagonistes.

Le côté graphique est joli, coloré avec de bons effets de lumières et il est certain que les auteurs, cependant, ont le même style concernant la féminisation des personnages du style anime féminins. L’ambiance sonore est bien, avec plusieurs thèmes relaxants et très rythmés lors des combats.

Pour conclure le tout

Si vous aimez les jeux RPG avec une bonne histoire, Blue Reflection: Second Light est un bon titre pour vous. Comme je le disais au début, je crains bien que celui-ci passe sous radar car personne n’en parle vraiment. Détrompez-vous, c’est vraiment un bon titre facile à jouer et facile à apprécier. Une fois que les mécaniques sont bien apprises, ce jeu est vraiment plaisant. Vous embarquerez dans ce récit qui vous fera vivre différentes émotions et vous montrera que peu importe les douleurs, tout peut être surmonté.

Dans quel endroit sont tombées ces jeunes filles? Qu’est-ce qu’un Reflector? Pourquoi ont-elles perdu leurs souvenirs? Tentez de le découvrir!

Avec son petit côté léger qui adoucit les lourdeurs, son côté coloré et aussi sa musique douce, vous vivrez un bon moment. Je vous conseille fortement Blue Reflection: Second Light.

Un énorme “MERCI” à KOEI TECMO pour la copie du jeu.

Blue Reflection: Second Light

79.99$
8.5

Graphismes

8.5/10

Trame Sonore

8.5/10

Jouabilité

8.5/10

Scénario

8.5/10

Durée de vie

8.5/10

Pour

  • Énormément de personnalisation
  • Mécaniques de combats originaux
  • Bonne ambiance graphique et sonore
  • Histoire intrigante

Contre

  • Combats un peu répétitifs
  • Les attaques manquent de "punch"
  • Pas disponible en français
Partager cet article
Père de famille dévoué et gamer de longue date, spécialisé dans les RPG. Trippeux de techno, mais adorant tout ce qui est médiéval et ancienne culture japonaise. Jack adore tout ce qui sort de l'ordinaire (séries fantastiques, futuriste et animes japonais ). Un cœur jeune et encore trippeux dans l'âme.
Écrire un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.