TEST – Disciples: Liberation arrive aujourd’hui et est très prometteur

Patrick Tremblay
Patrick Tremblay
lecture de 12 minutes

Disciples: Liberation est un RPG de stratégie de fantasy sombre et mature alliant des combats tactiques au tour par tour à une histoire en constante évolution et à une distribution de personnages mémorable conçu à 100% en télétravail par un studio québécois

Certains se souviendront de mon aperçu du jeu ainsi que mon entrevue avec les gens de Frima Studio et de Kalypso Media concernant Disciples: Liberation et je suis très heureux de pouvoir enfin dévoiler mon test complet du jeu sur PC et je ferai également un comparatif console très bientôt!

Il y a plusieurs mois, Kalypso Media et Frima Studio m’ont approché en me parlant de Disciples: Liberation comme étant un jeu RPG au combat tactique faisant appel à une aventure mature, pleine de décisions et avec beaucoup de conséquences en gérant notre propre armée sous la tutelle de la protagoniste Avyanna.

Étant enthousiasmé par ce qui m’a été proposé, j’ai accepté de les rencontrer et de tester le jeu. J’y joue, d’ailleurs, depuis le mois d’août, ce qui n’est pas peu dire! Est-ce que le jeu est bon? Oui! Est-ce qu’il est vide de contenu? On ne s’en cachera pas, en partie, oui! Mais prenons le temps de méditer sur cette question quelques secondes, voulez-vous?

De nos jours, on se plaint constamment que les jeux soient soit trop courts, soit trop longs, soit qu’ils manquent de contenu ou qu’ils sont (désolé l’anglicisme) “free-for-all”. Est-ce que Disciples: Liberation épuise la formule de la franchise qui n’avait pas vu aucun nouveau jeu depuis 2014? Un peu plus qu’on ne pourrait imaginer… mais ce n’est pas la faute du jeu mais plutôt du fait que la franchise a peut-être atteint son paroxysme et les gens de Frima Studio ont décidé de faire ça différemment, question de ne pas épuiser les fans de la série avec un jeu encore identique aux précédents avec pour seul et unique amélioration : le visuel et l’audio.

Disciples: Liberation vous fera prendre de nombreuses décisions

Maintenant que j’ai joué cartes sur table avec vous, concentrons-nous maintenant sur ce que le jeu a à vous offrir. Incarnant Avyanna, une mercenaire invétérée, vous êtes en pleine mission pour assassiner une cible et êtes surprise par un guet-à-pent. Alors que vous êtes sur le point de mourir, une magie en vous se réveille et vous téléporte, ainsi que votre comparse Orion, dans la cité perdue d’Yllian.

Alors que vous vous questionnez sur ce qui s’est produit et le pourquoi vous avez été appelée dans la cité perdue, vous trouverez bon de reconstruire la ville et de créer des alliances avec les factions qui peuplent Nevendaar afin de le libérer du joug d’un tyrant, ou de le gouverner ou même de devenir le prochain tyrant. Le tout dépendra de vos décisions tout au long de votre périple.

Disciples: Liberation ne vous donnera pas toutes les informations quant à votre aventure dès le départ et pour une bonne raison : l’histoire du jeu ne consiste pas en une seule quête principale mais plutôt une série de quêtes, à la fois principales et secondaires, qui se comportent plutôt comme une série de petites histoires. Vos décisions vous permettront de les interrelier afin de créer votre propre fil narratif. Autant ceci est une expérience tout simplement géniale, elle est également d’une intensité inégale en terme d’intérêt lors de certaines histoires. Cela dit, le tout saura fortement vous tenir occupé pour au moins un bon 80 heures.

Dans l’ensemble, le jeu a une très belle narration et confirme le fait qu’il soit considéré comme un jeu pour adultes. Ayant un langage très explicite, il pourra même vous arriver de mettre fin à toute une armée uniquement guidé par votre témérité et votre entêtement ou tout bonnement vous laisser aller dans des relations charnelles avec des créatures démoniaques. Les conversations ne sont pas longues et fastidieuses mais, d’un autre côté, votre pouvoir décisionnel créera de nombreuses possibilités.

Certes, vos décisions n’influenceront pas forcément tout dans le jeu, mais sachez que l’impact de celles-ci viendront progressivement affecter l’une des cinq fins possibles du jeu.

Des missions? En veux-tu, en voilà!

Lors de ma rencontre avec les gens de Frima Studio, ils m’avaient confirmé que le jeu comportait plus de 270 quêtes. Et bien sachez qu’ils ont tenu parole! Lors de mes visites dans les différents royaumes, j’ai pu explorer de long en large, remportant des combats ou en récupérant de nouveaux points de ravitaillement en chemin. De multiples quêtes se sont offertes à moi, certaines un peu plus brouillon que d’autres, laissant place à l’improvisation, mais d’autres un peu plus ciblées et mieux construites.

Certaines de ces missions vous permettront d’obtenir des équipements, de l’or, de la réputation ou même des compagnons qui pourront rejoindre votre groupe dans votre croisade. Vos choix viendront avantager ou même clairement devenir un obstacle à certaines de ces quêtes ou à certains recrutements, sachant que votre réputation envers les factions du jeu, entachée ou adorée, viendra impacter le flux de l’histoire.

Au fait, ne vous attendez pas à être amical avec toutes les factions! Au début du jeu, vous parviendrez sûrement à les avoir tous dans votre poche mais bientôt, vos décisions en contrarieront plus d’une pendant que vous réussirez peut-être à forger une alliance de confiance totale avec d’autres.

Un point négatif que je peux cependant parler est le fait que nous avons des indicateurs de niveaux sur les quêtes. La plupart du temps, un joueur n’osera probablement pas affronter les quêtes de niveaux difficiles de crainte d’avoir de la frustration ou autre et ceci altèrera votre perspective du jeu et risque même de vous faire croire que le jeu est trop facile. Évidemment, si vous prenez le temps de faire les quêtes difficiles, vous aurez droit à tout un challenge, surtout sachant que vous aurez la possibilité de voir de multiples classes de combattants dans les différentes factions, rendant les zones de combats très tactiques et colorés.

Des combats à tour de rôle

Comme annoncé dès le départ, Disciples: Liberation est un jeu RPG au combat tactique. Proposant des tuiles hexagonales pour vos mouvements, vos attaques et vos sortilèges, vous aurez l’impression de rejouer à des jeux comme la franchise Heroes of Might and Magic ou même King’s Bounty II, sorti tout récemment. Cela dit, un point très différent est que dans ce jeu, votre héros (ou plutôt héroïne) est un personnage contrôlable sur le plateau de jeu. Elle ne restera pas en arrière à gérer les troupes comme la plupart des jeux similaires. Néanmoins, vous aurez la possibilité de placer jusqu’à trois unités de votre armée en arrière afin d’influencer celles qui sont sur le champ de bataille avec des profils actifs ou passifs.

Bien entendu, plus vous montez en niveau et devenez puissant, plus vous aurez l’impression que les combats sont vite répétitifs et peu inspirants. Cela dit, vous aurez aussi l’option de conquérir vos ennemis si ceux-ci sont trop faibles pour vous et désirent plutôt se rendre immédiatement. Par contre, si vous venez à affronter des troupes de haut niveau ou de niveau similaire aux vôtres, vous pourrez vous assurer que le défi sera présent.

La façon de rallier des troupes à vos rangs consiste, généralement, à l’obtention de ressources pour les recruter ou pour créer des bâtiments dans votre cité afin de pouvoir les recruter directement sur place. Fait très plaisant, vous avez la possibilité d’expédier dans un plan astral différent des bâtiments déjà construits dont vous ne pensez pas réutiliser pour le moment pour faire place à d’autres et, à l’inverse, rappeler des bâtiments qui avaient été transférés ailleurs et ce, sans le moindre coût additionnel.

Avyanna étant celle qui limite la hausse de niveau de vos troupes, vous aurez la possibilité d’invoquer des troupes qui seront de même niveau qu’elle en tout temps via la cité d’Yllian, rendant le jeu peut-être un peu trop facile par moment. Néanmoins, il faudra tout de même surveiller vos points de leadership car ceux-ci sont ce qui vous permettra de manipuler le nombre de troupes que vous pouvez avoir sur le champ de bataille.

Pour ce qui a trait des héros qui se joindront à vous, ceux-ci auront un impact aussi dans le combat grâce à leurs capacités spéciales. Vous aurez également la chance de pouvoir discuter avec eux, sachant qu’ils ont un poids dans l’intrigue et dans l’histoire et ils s’intègreront dans une mécanique particulière. Leurs capacités permettront de donner accès à certaines zones auparavant infranchissables, permettant un certain retour en arrière au jeu assez original.

Chaque compagnon pourra avoir des équipements limités comparativement à Avyanna, mais seront nécessaires afin d’augmenter leurs statistiques sur le champ de bataille, surtout lors de duels. Du côté de notre protagoniste, elle pourra progressivement apprendre de nouveaux enchantements et sorts avec des niveaux de qualité différents.

Bien entendu, pour tout ce qui a trait aux équipements, il y aura une forge pour améliorer ceux-ci ou un marché dans lequel nous pourrons échanger nos ressources en cas de manque de celles nécessaires.

En conclusion

Décidément, le jeu a un visuel superbe et une très belle direction artistique. Chaque unité combative est très belle et les effets des sortilèges rendent les combats très spectaculaires. La trame audio, bien que purement environnementale, se fusionne très bien avec l’ambiance du jeu et la narration, complètement en anglais mais traduite en français, rend le tout très intéressant. Si vous aimez les jeux RPG de type tactiques, ce jeu est décidément fait pour vous.

Un énorme “MERCI” à Kalypso Media et Frima Studio pour la copie du jeu!

Disciples: Liberation

69.99$
8.6

Graphismes

8.6/10

Trame Sonore

7.9/10

Jouabilité

8.3/10

Scénario

9.1/10

Durée de vie

9.0/10

Pour

  • Graphismes bien
  • Combats stratégiques intéressants
  • Vos décisions ont un impact
  • Belle gestion de troupes

Contre

  • La difficulté peut être soit trop facile, soit trop difficile par moment
  • L'intelligence artificielle est parfois prévisible
  • Les combats sont parfois redondants
Partager cet article
S'abonner :
Père de famille, gamer, chroniqueur pour Métro Média, développeur de jeu indépendant et programmeur dans la vie de tous les jours : j'initie mes enfants au plaisir du gaming avec les classiques des anciennes générations ainsi que les jeux récents.
3 commentaires
  • Jeux plutot sympa en effet. Par contre, il est indispensable d’avoir quelques sauvegardes de côté, du fait de nombreux bugs de scripts dans des suivit de quête, spécialement à partir de l’acte 3.
    Sinon, je le conseil.

  • j’adore ce genre de jeu , malgre mes 62 ans ! celui ci ne deroge pas a la regle , mais un ou deux defaults auraient pus etre corriges 1) pas de dictaciels ni de notice d’emploi , pas evident sans 2) un bug contrariant , qui ne previent pas , la fleche indiquant le sens d’une quete disparait soudain , entrainant aussi TOUS les sous titres explicatifs des deroulants ( sorts , armemants , sauvegarde , discussions etc ) tres penalisant si on ne connait pas par coeur le menu des points a repartir ! tactiquement c’est genial et en lisant les critiques j’ai meme appris que l’on pouvait mettre des persos en soutien , chose pas evidente sans notice ! bref suis niveau 5 , je crois qu’il y en a pour un bout de temps , tant mieux ! esperons que les bugs ne seront pas legions !

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.