TEST – Grounded nous rappelle que ce n’est pas parce qu’on est petit qu’on ne peut pas être grand

Patrick Tremblay
Patrick Tremblay
lecture de 15 minutes

Après un accès anticipé qui n’a fait que grandir avec de multiples mises à jour, Grounded arrive enfin dans une version finale sur XBox et PC

Il aura fallut un peu plus de deux ans pour qu’un petit groupe chez Obsidian lance un jeu en accès anticipé, ajuste le tout via de multiples mises à jour et enfin de lancer le jeu complet sur XBox ainsi que sur PC.

Bienvenue dans le jardin!

Pour ceux qui ne connaissent pas ce qu’est Grounded, celui-ci vous invite à vous mettre dans la peau d’un adolescent, ayant été rétréci par la science, à explorer un immense jardin surdimensionné. Avec les bases d’un jeu de survie, bien que ce soit beaucoup plus que cela, Grounded offre la possibilité d’explorer le jardin en groupe ou en solo. Découvrir de nouveaux objets, de nouvelles ressources, construisez grâce à des matières premières et trouvez des recettes pour vos armes, vos outils, vos besoins vitaux et même votre lieu de repos afin de pouvoir réussir à explorer l’environnement sans trop de soucis en pouvant boire, vous nourrir, vous reposer et rester en vie.

Mais, comme mentionné, Grounded n’est pas seulement qu’un jeu de survie. Il cache un jeu avec une forte composante d’aventures. Une vision inconnue d’un univers que nous côtoyons à tous les jours. Vous devrez découvrir ce qui vous est arrivé, trouver le fameux scientifique fou qui vous a rétréci et tenter de trouver une façon quelconque de reprendre votre taille originale. La recherche vous amènera à voyager à travers différentes zones du jardin qui sont, en elles-mêmes, des microunivers. Une aventure aux dimensions épiques dans laquelle chaque zone offre une grande variété de mécaniques et de gameplay. Une simple zone près d’un gicleur qui n’a pas encore séchée pourrait, en fait, être une gigantesque marre qui attire les moustiques tandis qu’une zone avec des clôtures pourrait abriter de gigantesques araignées qui vous entoileront sur le champ.

Un jeu qui rappelle un certain vieux film d’époque

Sincèrement, plus je joue à Grounded et plus je me rappelle des films de la franchise “Chérie, j’ai réduit les enfants!” avec le non moins célèbre Rick Moranis. Je dirais que ce n’est pas tant au niveau de l’aspect du jeu que toute la culture de l’époque. Certains jouets et certains objets que nous voyons me fait énormément penser à ce que nous avions à la fin des années 80 et au début des années 90. Pour être franc, vous êtes le personnage principal de votre aventure mais, selon moi, le vrai personnage est le jardin tout entier. Ses zones incroyables et pleines de vies, ses couleurs, le visuel complet et toutes les mécaniques allant même à la rosée du matin qui pend sur un brin d’herbe, tout est là pour vous accrocher un sourire et le désir de poursuivre votre aventure. C’est clairement un endroit très familier mais, à perspective microscopique, devient vraiment un tout autre univers.

Le jardin est un superbe endroit pour vivre de grandes aventures, que vous soyez seul ou en équipe. Le scénario permet de servir de trame de fond et prend vie dans le jeu de plusieurs façons. Quelle que soit la façon dont vous avez décidé de relever le défi, vous devrez être à la hauteur de ce qui se dresse devant vous. Comme dans la nature, chaque coin cache un danger ou une récompense. Boire de l’eau boueuse vous rendra malade et manger du puceron cru pourrait s’avérer mortel. Cela rend nécessaire de penser à chaque action que vous allez effectuer et votre survie en dépend. Préparez-vous une gourde faite de peau d’asticot, grillez quelques pucerons et partez grimper les hautes herbes pour explorer les horizons de ce qui se dresse devant vous.

La survie avant l’aventure

L’un des éléments qui m’a le plus surprisa été la façon dont Grounded gère toute la question de la survie. Le tout est fait avec beaucoup de soin et équilibre très bien l’aspect défi et récompense sans rendre le tout trop intense au risque de devenir impossible et ruiner ainsi votre expérience. Si vous voulez manger, prenez des champignons, des pucerons, des baies et même des algues. Pour étancher votre soif, trouvez des canettes de boissons gazeuses, des boites de jus ou de la rosée afin de ne pas risquer d’être malade. Vous aurez même la possibilité de transformer votre nourriture grâce à un feu de camp, un broyeur, une table à smoothies et plus encore.

Le système de construction est terriblement intuitif : placez les objets imaginaires aux endroits que vous aimeriez les construire puis trouvez les ingrédients nécessaires pour les compléter à l’endroit que vous avez décidé. Pour améliorer vos recettes ou en apprendre de nouvelles, vous trouverez dans le jardin plusieurs laboratoires et cabines avec des stations pour analyser les objets. De plus, vous pourrez trouver des orbes de couleurs violettes qui vous donneront un boost de statistiques de Science Brute. Cela transforme la chasse aux nouvelles ressources, un exploit qui devient une grande récompense lorsque vous analysez enfin un objet qui vous permettra de rehausser vos outils de culture, vos armes et vos équipements.

La meilleure chose à propos de ce système de survie est qu’il laisse le joueur libre de choisir comment vivre son aventure. Oui, vous avez une quête principale mais vous ne serez aucunement forcé de vous y rendre immédiatement. Ce ne sont que des suggestions et celles-ci n’ont aucune préséances sur votre progression directement. Pour les joueurs qui préfèrent construire, Grounded peut ne jamais se terminer et vous permettre de construire un véritable lieu pour y vivre pour le restant de vos jours.

C’est beau mais… dangereux!

C’est grâce à la vie quotidienne de son environnement que Grounded fonctionne particulièrement bien lorsqu’il s’agit de planifier votre aventure. C’est un jardin traditionnel dans lequel les insectes sont à la fois une source de ressources ou de dangereux ennemis. Ici, le niveau de détail de ce petit univers prend une importance particulière avec ses biomes et zones qui incluent leurs propres règles et changent le gameplay d’un point à un autre sur la vaste carte. L’exploration devient importante à différents niveaux du jeu autant que les affrontements. Votre première victoire contre une araignée géante risque de vous faire hurler de joie, croyez-moi! La simple curiosité et la recherche de ressources plus puissantes pour construire des armes et de l’équipement permettent à Grounded de surpasser le simple jeu de survie et de transformer le tout en un gigantesque jeu exceptionnel, même pour ceux qui recherchent une grande aventure solo comme sait si bien le faire Obsidian.

Au-delà de la différence de chaque zone, la façon dont Grounded présente son jardin fait un plaisir de l’explorer et rend le tout magnifique à chaque levé de soleil. L’inspiration rétro est perceptible et servira de point de référence ou de source de ressources pour l’aventure. Une boîte de bonbons à la menthe, un Battletoad, des biscuits Oreo et plus encore! Chaque nouvelle découverte ressemble à un trésor en soi.

Un jeu de survie qui possède du RPG

Bien qu’il suffise d’explorer le jardin et d’analyser les ressources pour obtenir des recettes, le jeu nous aidera également à accéder à de nouvelles constructions et connaissances. D’une part, nous avons la Science Brute comme mentionné plus tôt. Cette science sert de monnaie d’échange pour obtenir diverses recettes et la mutation occasionnelle dans le laboratoire Brasabot. D’un autre côté, nous avons aussi la force du caractère de notre personnage, mesuré par son intellect, qui augmente après chaque analyse de nouvelle ressource et en remplissant certaines missions. En montant de niveau, nous débloquerons de nouvelles recettes.

Au-delà des missions, qui servent plus à nous encourager à explorer et à tuer les insectes, le jeu inclut un objet de collection qui nous permettra d’améliorer notre personnage de manière plus traditionnelle : les dents de lait. Dispersées dans le jardin, les récolter vous permettra de les utiliser dans le laboratoire pour débloquer des améliorations comme plus de points de vie, plus de dégâts, plus de résistance, et même d’éliminer certains points faibles de vos mutations, etc.

J’ai dit “mutation”? C’est d’ailleurs l’aspect RPG que j’ai adoré le plus sur le jeu. Au fur et à mesure que vous progressez dans le jardin, vous apprendrez diverses mutations liées comme la possibilité d’augmenter votre endurance en passant votre temps à courir jusqu’à plus de souffle, augmenter l’agilité sous-marine en passant beaucoup de temps dans le gigantesque étang, etc. Cela dit, faites attention! Ces mutations peuvent s’équiper mais uniquement deux au départ. D’où l’utilisation des dents de lait pour déverrouiller d’autres sockets.

Tout cela crée un énorme catalogue de possibilités quand il s’agit de faire évoluer votre personnage et votre équipe afin d’avoir les meilleures chances possibles pour survivre dans ce jardin. Certaines pièces d’équipements empêchent certains insectes de vous attaquer tandis que d’autres diminueront votre faim ou votre soif. Bien entendu, chaque pièce d’équipement augmente certaines résistances et certains attributs. Il en va de même pour les armes, certaines affligeant des dégâts contondants ou d’autres qui transpercent la carapace la plus dure, etc.

Les insectes et les arachnides du jardin se comportent différemment selon leur propre nature, selon s’il fait jour ou nuit et votre comportement envers eux et vos actions devront être minutieusement calculées. Par exemple, les coccinelles et les fourmis rouges ouvrières ne vous attaqueront pas à moins que vous ne les frappiez en premier. D’un autre côté, les punaises de lit, les acariens, les fourmis rouges soldates et les araignées vous attaqueront à première vue. Ce qui est vraiment génial, cela dit, c’est que si vous vous amusez à tuer des bébés araignées, il se peut que votre campement se fasse littéralement raser par une horde d’araignées géantes qui vous considèreront comme un prédateur. Pareil si vous osez voler les oeufs des fourmis!

Un jeu pour petits et grands

Grounded est proposé pour petits et grands. Il y a même un mode pour les gens souffrant d’arachnophobie qui retire complètement celles-ci afin de ne pas faire peur à ces joueurs, ce qui est une superbe attention à mon avis. La version officiellement sortie a ajoutée de nouvelles options qui rendra l’expérience beaucoup plus accessible pour tous.

Pour conclure le tout

J’avoue que j’adore Grounded et ce, depuis les premières minutes où j’ai mis les pieds dans le jardin. L’histoire est amusante, les quêtes principales et les défis proposés donnent une touche de profondeur à ce jeu au visuel magnifique afin d’aboutir à un jeu d’aventure et de survie complet.

Que vous soyez du type à sauter d’herbe en herbe ou à vous lancer dans une fourmilière profonde et sombre, le jeu aura de tout pour tous les joueurs et viendra clairement donner du plaisir à tous et chacun. Même quand vous pensez que vous avez bientôt terminé l’aventure, un élément viendra vous prendre par surprise et de nouvelles énigmes se dresseront devant vous.

Grounded n’a pas que du positif, cela dit. La nuit est très sombre et même si vous êtes muni d’une torche, vous ne verrez quasiment rien devant vous et le tout deviendra peut-être trop périlleux par moment.

En bref, Grounded est un jeu vraiment spécial, un jeu d’aventure et de survie de qualité et qui vous donnera le goût d’y jouer quand et comme bon vous semble.

Un énorme “MERCI” à Obsidian pour la copie du jeu!

Nom du jeuGrounded
Date de sortie27 septembre 2022
DéveloppeurObsidian Entertainment
Série
ÉditeurXBox Games Studios
Plates-formesPC, XBox One, XBox Series S|X
GenreJeu d’aventure, jeu de survie
Mode de jeuSolo et multijoueur
LangueMultilingue (français inclus)

Grounded

49.99$
9.1

Graphismes

9.4/10

Trame Sonore

8.7/10

Jouabilité

8.9/10

Scénario

8.6/10

Durée de vie

9.8/10

Pour

  • Superbes graphismes
  • Très belle histoire
  • Belle gestion de la science
  • Belle impression de devenir meilleur et plus fort
  • L'IA est très bien pensée

Contre

  • La nuit, il fait trop noir
  • Ça peut être difficile pour les gens qui n'aiment pas les jeux de survie
Partager cet article
S'abonner :
Père de famille, gamer, chroniqueur pour Métro Média, développeur de jeu indépendant et programmeur dans la vie de tous les jours : j'initie mes enfants au plaisir du gaming avec les classiques des anciennes générations ainsi que les jeux récents.
un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.