TEST – Le metroidvania Axiom Verge 2 vous amène sur une nouvelle planète

Patrick Tremblay
Patrick Tremblay
lecture de 6 minutes

Six ans après la sortie du tout premier Axiom Verge, voici que le second titre se montre enfin le bout du nez

Dès lors où l’on parle de jeux de type metroidvania, l’un des premiers mentionnés est nul autre qu’Axiom Verge, de Thomas “Tom” Happ. Et bien voilà que Thomas persiste et signe en présentant Axiom Verge 2, une toute nouvelle aventure metroidvania au style, gameplay et à la structure du monde rappelant l’indétrônable Super Metroid.

En partant, il y a quelque chose que je dois mentionner, c’est qu’il n’est pas une obligation d’avoir joué le tout premier jeu avant de vous lancer dans cette nouvelle aventure. L’intrigue ne se déroule ni avec Trace, ni sur la planète Sudra. En fait, Axiom Verge 2 place plutôt Indra Chaudhari, une richissime propriétaire d’une des plus importantes multinationales au monde, dans une aventure qui se déroule plutôt en Antarctique au départ, puis sur la planète Kiengir.

Bienvenue sur Kiengir

Laissant place à un environnement semblable en tout point à la Terre mais peuplée principalement de créatures robotisées, Axiom Verge 2 a troqué les chambres froides pour des espaces majoritairement à ciel ouvert avec une empreinte beaucoup plus naturelle. Muni de ruines semblant témoigner d’une ancienne civilisation perdure, cet étrange endroit aux allures sumériennes semble être protégé par de mystérieuses divinités mi-vivante, mi-machine.

Proposant une histoire qui se développe à partir de quelques quêtes et dialogues entre les personnages ou même des documents écrits que vous retrouverez un peu partout, l’expérience proposée est tout simplement géniale.

Revenons sur le gameplay

Du côté gameplay, il va sans dire qu’Axiom Verge 2 propose tout ce qu’un bon metroidvania a à proposer : une gigantesque mappemonde carrelée qui se dévoile zone par zone, certaines sections ne pouvant être accessibles sans avoir le bon outil ou la bonne compétence. Progressivement, vous pourrez apprendre à vous accrocher à des rebords, à vous déplacer rapidement dans l’eau ou même à vous dématérialiser pour franchir des structures qui bloqueront votre chemin. Bien entendu, il vous sera également possible de trouver des armes et des objets pouvant améliorer votre santé, votre puissance et plus encore.

Contrairement à la plupart des metroidvanias, vous n’aurez pas l’impression, ce coup-ci, de devoir continuellement revenir sur vos pas. Visant visiblement une clientèle moins habituée par le style “vania”, il y aura la possibilité par moment de faire du déplacement rapide ou même d’avoir un compas qui vous indiquera clairement à quel endroit se trouve vos objectifs.

Néanmoins, Axiom Verge 2 propose une avancée inhabituelle puisque vous aurez la possibilité de contrôler Indra et, éventuellement, un petit drone manoeuvrable à distance qui se trouve dans un endroit totalement différent. Ce monde, un peu plus 8-bits, est plus étrange dans l’aspect visuel des formes et des couleurs et beaucoup moins raffiné que le reste du “monde normal” d’Indra. L’idée, derrière tout ça, est de démontrer que l’outremonde où se trouve notre protagoniste et Breccia, le monde où se trouve le drone, se chevauchent dans le temps et l’espace et est accessible via des portails spécifiques. Grâce à ce genre de “multivers”, vous aurez la possibilité d’atteindre des zones habituellement inaccessibles.

Le système de combat

Puisque l’outremonde regorge de créatures mécaniques qui n’ont qu’une idée en tête, celle de vous tuer, sachez que les combats sont très omniprésents dans Axiom Verge 2. À la différence que dans celui-ci, vous n’aurez aucune arme à distance, mis à part un boomerang qui vous sera aussi utile dans la résolution de puzzles. En effet, tout le côté combatif du jeu sera axé sur le corps à corps. Vous aurez également la chance de pouvoir corrompre vos ennemis grâce à des virus informatiques, question d’avoir un certain avantage, si votre jauge d’énergie vous le permet.

Un point particulier, cependant, a été le côté des combats contre les boss. Ces fameuses créatures géantes armées jusqu’aux dents peuvent en fait être ignorées totalement. Quand je repense aux gigantesques boss du premier titre qui étaient tous plus difficiles les uns des autres, je me demande sincèrement quelle a été la raison qui a apporté à un tel changement drastique.

En conclusion

Axiom Verge 2 est un très bon metroidvania qui n’est pas directement lié au premier titre mais juste assez pour dire que l’expérience de jeu que vous allez vivre sera peut-être un peu moins axé sur les combats mais plus sur les puzzles et le voyage interdimensionnel. C’est d’ailleurs justement la partie “exploration” du jeu qui rend le jeu encore plus intéressant. Découvrir des secrets sera toujours intéressant et les moindres détails ne sont pas à négliger. Techniquement amélioré comparativement à son prédécesseur, j’ai cependant l’impression que ce deuxième jeu restera dans l’ombre du tout premier qui, à mon humble avis, était tout simplement exceptionnel en tout point.

Un énorme “MERCI” à Thomas Happ pour la copie du jeu!

Axiom Verge 2

26.59$
8

Graphismes

8.1/10

Trame Sonore

8.3/10

Jouabilité

7.8/10

Scénario

8.4/10

Durée de vie

7.5/10

Pour

  • Superbe atmosphère
  • Beau design graphique
  • Le côté metroidvania très présent
  • Monde vaste

Contre

  • Les combats sont répétitifs
  • Le menu d'interaction viral casse le rythme
  • L'histoire d'Indra est un peu confuse
Partager cet article
S'abonner :
Père de famille, gamer, chroniqueur pour Métro Média, développeur de jeu indépendant et programmeur dans la vie de tous les jours : j'initie mes enfants au plaisir du gaming avec les classiques des anciennes générations ainsi que les jeux récents.
Écrire un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.