TEST – Moss est un vrai conte de fée!

Patrick Tremblay
Patrick Tremblay
lecture de 12 minutes

Pourquoi je suis passé tout droit d’un jeu comme ça, à la base?!

Accompagnez une jeune héroïne courageuse dans une aventure épique qui nous fera découvrir un monde fantastique incroyable rempli de forêts, de grottes et de ruines pleines de dangers à partir de votre casque PlayStation VR2, voilà ce que nous propose le développeur et éditeur Polyarc, qui se retrouve derrière Moss. Bien entendu, le jeu est déjà sorti depuis 2018 sur différentes plateformes comme la PlayStation VR, l’Oculus Rift, le Meta Quest 2 et sur SteamVR.

Le petit studio Polyarc a frappé fort, en 2018, avec le jeu Moss qui raconte l’aventure de Quill, une petite souris aventureuse qui devra tenter de sauver Moss des forces du mal à l’aide d’un entité surnaturel appelé “Le Lecteur”. L’histoire, racontée à la façon d’une bande dessinée de Disney les périples de notre jolie petite souris au travers d’un livre dont nous devons tourner les pages et écouter la narratrice nous raconter ce qu’il se passe avant de “vivre les moments” de notre amie.

Faire partie d’un superbe conte fantastique

Dès la toute première minute de jeu, nous pouvons nous apercevoir à quel point Polyarc a misé dans la beauté soignée du visuel du jeu. Comme le jeu se joue assis, vous débutez l’aventure assis devant un lutrin éclairé aux chandelles sur lequel repose un livre illustré : Moss. Après avoir tourné la couverture et les premières pages, les images se dessineront devant vos yeux et dévoileront l’univers dans lequel vit notre protagoniste, la petite souris nommée Quill. Celle-ci sera accompagnée à tout moment par un esprit magique et puissant, celui que nous campons via le casque, “Le Lecteur”.

L’histoire est narrée par une narratrice qui, comme quand nous lisons un livre à nos enfants, change sa voix selon les différents interlocuteurs, rendant vraiment le tout très mignon et amusant. Le tout narré en français entièrement, cela donne vraiment une immersion additionnelle complète.

Nous réveillerons Quill au début de l’aventure en lui offrant une pierre magique afin qu’elle puisse partir à l’aventure et sauver Moss des forces maléfiques. Nous ne pouvons pas nous voir, sauf par moments dans les reflets de l’eau, mais tout autour de nous est un gigantesque plateau de jeu dans lequel nous pourrons faire déplacer Quill grâce à nos PSVR2 Sense et interagir également, en tant qu’entité puissante, sur l’environnement autour de nous. Tout au long du jeu, la seule chose que nous verrons de notre personnage sera les sphères de lumière bleue que nous avons en guise de mains.

Quill a une manipulation simple : nous ne pouvons nous déplacer, escalader, sauter, attaquer et esquiver. Pour le reste, tout se vivra par l’entremise de notre corps magique qui servira à déplacer des structures gigantesques, retenir certaines créatures d’attaquer, récupérer certains objets, soigner Quill et plus encore.

Un jeu d’aventure complet

Malgré l’aspect enfantin du jeu, celui-ci est une aventure complète dans laquelle se trouvent secrets, puzzles et combats constants. Bien entendu, étant un plateformeur 3D, le but sera également de faire déplacer Quill de zones en zones en tentant de trouver tous les secrets et en évitant de mourir. Dans certains cas, vous devrez même, en tant que “Le Lecteur”, vous pencher pour regarder à l’intérieur du tableau pour voir s’il n’y aurait pas des recoins, des cachettes ou simplement le chemin le plus sécuritaire avant de déplacer Quill, ce qui ajoute un élément vraiment très plaisant au jeu plutôt que le simple fait de pouvoir faire tourner la carte dans tous les sens.

Cette combinaison de mécanique entre Quill et ses contrôles classiques ainsi que l’aspect plus “magique” à travers les mouvements de “Le Lecteur” via les PSVR2 Sense se jumellent très bien et je dirais même que ça devient facilement naturel.

Un jeu court mais combien gratifiant

Le jeu Moss est relativement court. Nous parlons ici d’un jeu qui se complète en environ quatre heures, plutôt autour de sept ou huit heures si vous désirez trouver tous les secrets à 100%. Bien entendu, la majorité des plateformeurs ont cette espérance de vie également, quand on y repense. Ce n’est donc pas la mer à boire mais c’est effectivement quelque chose à envisager à court et à long terme.

En revanche, bien que ces énigmes ne soient pas un grand défi pour les joueurs expérimentés, nous pouvons parfois goûter à cette satisfaction que nous aimons tant après avoir surmonté certains puzzles, certains défis et certains environnements où cela peut être un peu plus ardu.

L’aspect technique du jeu

Le jeu Moss est assez simple en raison de ses possibilités limitées d’action quand on repense à Quill. Ce qui laisse un peu à désiré quand vient le temps de penser également aux combats puisque tout ce que nous pouvons faire, c’est de frapper et d’esquiver. D’un autre côté, la trop petite variété d’ennemis fait également en sorte que nous connaissons facilement et rapidement leur modèle de combat donc, dès qu’il y a plusieurs ennemis, nous savons déjà dans quelle ordre les vaincre pour éviter les dégâts. Le combo d’épée de Quill se limite à quatre coups et, très souvent, lorsque l’ennemi est en phase de nous attaquer, il suffit de donner deux coups, d’esquiver l’attaque et de faire le combo de quatre coups pour l’éliminer. Bien entendu, il faut aussi essayer de se mettre en tête que Quill n’est qu’une petite souris enfantine qui a de très grosses responsabilités. Ce n’est pas un chevalier qui pourfend des dragons depuis des décennies.

Le temps de chargement entre chaque zone est très rapide, ce qui ne nous sort pas forcément de l’ambiance du jeu et le visuel, autant ceux des sections de jeu que les décors qui se déroulent derrière le tout, sont sublimes. Les jeux d’ombre et de lumière sont très bien gérés et, sans oublier, la jolie trame sonore et les effets sonores du jeu qui viennent épouser celui-ci d’une très belle façon. Les contrôles se gèrent très bien, que ce soit lorsque nous devons déplacer Quill ou lorsque nous agissons en tant que “Le Lecteur”. Les vibrations dans les manettes et dans le casque sont vraiment plaisantes à avoir. Sentir le coeur de Quill battre dans nos mains quand nous la soignons est vraiment une expérience géniale.

Bien que la narratrice nous fait part de l’histoire, nous ne l’entendons pas quand nous entrons dans le mode de plateformes, ainsi nous n’avons pas l’impression qu’elle vient s’immiscer dans l’aventure inutilement, ne serait-ce que pour faire parler Quill. Plutôt que d’offrir des dialogues, notre mignonne petite souris nous parle en langage sourd-muet, ce qui donne encore plus un petit aspect attachant au jeu. Nous sommes entraînés dans un scénario qui se détaille de plus en plus à force de progresser dans l’aventure et ne nous livre pas l’intégralité de ce qui nous attend et ça, c’est vraiment un plus.

On en reparle de la durée?

Je le dis et je l’ai toujours dit : les jeux de VR sont souvent de petites expériences qui ne durent à peine qu’une heure ou deux. Ici, j’ai terminé le jeu en un peu plus de trois heures et, vous savez quoi? Je ne suis même pas en mesure de le critiquer et de le placer dans la fameuse catégorie des “jeux VR trop courts” que je déteste tant parce qu’il m’a vraiment fait vivre une expérience hors du commun, inoubliable et si attachante que j’avais déjà hâte de sauter sur Moss: Book II afin de poursuivre l’aventure de notre petite amie.

Contrairement à Star Wars: Tales From The Galaxy’s Edge que j’ai trouvé bâclé et trop court pour le contenu proposé qui n’était, en fait, que du “tape à l’oeil”, j’ai vécu ici une belle aventure attachante où je comprends clairement pourquoi le jeu s’est mérité tant de prix au fil des années.

C’est donc, ici, un jeu qui est certes court mais dont l’expérience m’a fait oublié ma rancoeur envers ces jeux VR qui ne servent quasiment que de démos. L’immersion, ici, est exactement ce à quoi nous devrions aspirer de tous les jeux VR : un univers fantastiquement fusionnel qui nous donne envie de sauter sur le casque dès que possible pour poursuivre notre aventure.

Honnêtement, ce jeu n’a pas la rejouabilité habituelle qui nous force à être complétionniste. Il a un facteur de rejouabilité qui nous donne simplement envie de revivre ce superbe scénario et cette belle aventure.

En conclusion

Moss est un jeu linéaire qui dure près de quatre heures et dont nous ne vivrons pas la progression du protagoniste en montée de niveaux ou autre, mais c’est plutôt un superbe conte fantastique dans lequel vous avez l’impression de laisser aller votre imagination et de vivre les péripéties de Quill, cette sympathique petite souris aventureuse.

Il s’agit certes d’un jeu qui a déjà cinq ans mais qui vient d’être adapté pour la PlayStation VR2 et, honnêtement, c’est le genre de jeu qui se mérite d’être joué. Fort heureusement, Sony offre les deux jeux, Moss et Moss: Book II, dans un seul et unique ensemble pour un peu moins de 55$.

Un énorme “Merci” à PlayStation Canada pour la copie du jeu!

Nom du jeuMoss
Date de sortie22 Février 2023
DéveloppeurPolyarc
SérieMoss
ÉditeurPolyarc
Plates-formesPlayStation VR2
GenreJeu d’aventure, jeu de plates-formes, jeu de puzzles
Mode de jeuSolo
LangueMultilingue (français inclus)

Moss: Book

53.49$
8.7

Graphismes

9.1/10

Trame Sonore

9.3/10

Jouabilité

8.4/10

Scénario

8.8/10

Durée de vie

8.0/10

Pour

  • Une très belle histoire
  • Des contrôles soignés
  • Une narration vraiment bien faite
  • De superbes zones
  • La direction artistique géniale

Contre

  • Jeu trop court, on en veut encore plus
  • Manque de types d'ennemis
  • Manque de système de progression
Partager cet article
S'abonner :
Père de famille, gamer, chroniqueur pour Métro Média, développeur de jeu indépendant et programmeur dans la vie de tous les jours : j'initie mes enfants au plaisir du gaming avec les classiques des anciennes générations ainsi que les jeux récents.
2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.