TEST – Nintendo vous replonge dans l’histoire de The Legend of Zelda: Skyward Sword a sa façon

Patrick Tremblay
Patrick Tremblay
lecture de 8 minutes

Un voyage en haute mer prend une tournure dangereuse lorsque Link échoue sur la mystérieuse île Cocolint (Koholint) après que son navire ait été détruit par une tempête. Link apprend alors que sa seule chance de retourner chez lui est de réveiller le mythique Poisson-Rêve qui sommeil dans un œuf géant au sommet de la plus haute montagne de l’île. Mais qui est ce Poisson-Rêve? Comment le réveiller? Et que se passera-t-il s’il se réveille?

Tout premier titre de la série Zelda sur console portable, et présenté comme un remake de la réédition de 1998 pour Game Boy Color, The Legend of Zelda: Link’s Awakening DX, le nouveau The Legend Of Zelda: Link’s Awakening est un jeu incontournable pour les admirateurs de la franchise.

Un retour en enfance

À peine le jeu The Legend Of Zelda: Link’s Awakening lancé et la vision de l’animation de présentation où l’on peut apercevoir Link sur son bateau en pleine tempête que l’on se remémore déjà la même animation depuis la Game Boy ou la Game Boy Color. S’en suit ensuite l’éveil dans la maison de Marin et Tarin (ici appelé en français Marine et Tarkin) et le début de l’aventure comme on la connait si bien.

Le jeu est-il une copie conforme de l’édition Game Boy?

En fait, le jeu est un remake de l’édition Game Boy Color puisque le Donjon des couleurs est accessible. Les graphismes géniaux aux allures enfantines et la trame sonore charmante et pleine de mélodie ont sû me charmer aux premiers instants. Le jeu, niveau “histoire” et “cartographie”, est identique à un point tel qu’un fan de la série et de ce jeu comme moi a pu trouver tous les coquillages, obtenir la tunique de couleur (bleue ou rouge), récupérer l’ocarina et compléter le jeu en à peine deux jours. À un point tel que mon épouse m’a même demandé si j’éprouvais un plaisir à jouer à un jeu que je connaissais par coeur. Ma réponse? OUI!!!

Quelles sont les nouveautés du jeu, mis à part les graphismes et la trame sonore?

Certes, il y a des nouveautés et quelques modifications. Entre autre, les jeux comme la grue et la pêche ont été légèrement modifiés et sont un tout petit peu plus difficiles. Le Photographe a été remplacé par Igor, le creuseur de tombes, qui vous propose le système de création de donjons personnels.

L’interface a également été modifiée mais, une chose qui m’a bien plue, a été les modifications aux objets. Dans le jeu original, vous deviez placer dans A ou B le bracelet, le bouclier ou les bottes de Pégase pour pouvoir les utiliser. Maintenant, un simple appui sur la touche A vous permet de lever les objets lourds, la touche R vous permet de parer avec le bouclier et la touche L vous permet de courir à toute vitesse avec les bottes de Pégase.

Bien entendu, les concepteurs de jeux qui font des remasters ou des remakes ont souvent la fâcheuse tendance à rendre le jeu plus facile et The Legend Of Zelda: Link’s Awakening n’y échappe pas. Les boss des donjons sont rendus nettement plus faciles à battre, rendant le tout peut-être trop simplistes pour les puristes mais agréables pour les plus jeunes.

Décortiquons un peu ce jeu pour aller plus en profondeur

Comme vous le savez, The Legend of Zelda: Link’s Awakening est un remake du jeu paru en 1993 sur la Game Boy, puis modifié en 1998 sur la Game Boy Color sous le nom de The Legend of Zelda: Link’s Awakening DX. Il sera à nouveau réédité en 2011 pour la Nintendo 3DS.

Les premières ressemblances

En premier lieu, nous remarquerons immédiatement que la séquence d’animation du début est la même que sur l’édition originale du jeu, soit celle de Link en pleine tempête qui se fait frapper par la foudre et qui se retrouve sur les berges de l’Île de Cocolint (ou Koholint pour les habitués du jeu en anglais). Le tout suivi, bien entendu de Marine (ou Marin) qui trouve notre héros sur la plage, suivi d’un zoom sur l’oeuf sur la montagne.

Par la suite, nous nous réveillons dans la maison de Marine et Tarkin (Marin and Tarin) et nous pensons que nous sommes en présence de la princesse Zelda. Les dialogues (bien qu’en français maintenant) sont identiques à ceux anglais de l’origine… mis à part les quelques expressions québécoises que nous retrouvons par moment.

Le village est identique également. Les mêmes maisons aux mêmes endroits, les mêmes buissons, herbes, fleurs, papillons, etc.

Au niveau de la carte de jeu, rien n’a été changé non plus. Que ce soit la mappemonde ou les donjons, tout est demeuré identique au jeu d’origine.

La ressemblance même dans les plus petits détails possibles!

Quand vous jouez le jeu, vous vous attardez à l’ensemble de l’oeuvre. Mais, quand vous prenez deux secondes pour vous arrêter et analyser le tout, vous remarquerez que Grezzo, le développeur, a tout fait pour que Link’s Awakening soit identique en tout point à l’oeuvre originale!

Première fait remarqué : les fleurs viennent encore en pair de deux comme sur la Game Boy. S’en suivi ensuite l’aspect rondelet, étagé et avec les reflets lumineux dans les arbres. La touche est tellement précise que même les papillons ont conservé leur ressemblance! Sans oublier, bien entendu, les multiples endroits dont, entre autre, la cabane de la sorcière. La ressemblance est à un point tel que Grezzo a même conservé l’aspect du sable de la plage! Le sable “pointillé”, plus granuleux, a un aspect similaire sur la nouvelle version Switch et même le sable de la plage, plus profond et balayé par l’eau, a conservé ses aspects onduleux aux tons différents.

Au niveau de la trame musicale

La trame musicale a été nettement améliorée mais, encore une fois, l’équipe de développeur a voulu conserver l’essence même de la trame originale. Entendez par vous-même la différence et les similitudes dans les bandes sonores ci-jointes :

The Legend of Zelda : Link’s Awakening – Tal Tal Heights – Game Boy
The Legend of Zelda : Link’s Awakening – Tal Tal Heights – Switch

Petit truc cocasse

Vous avez joué à The Legend of Zelda: Breath of the Wild? Alors forcément, vous êtes déjà allé sur l’Île Cocolint et ce, sans même le savoir!

Effectivement, l’île Finalis où vous vivez l’Épreuve en terre sauvage et dont vous perdez tous vos outils et toutes vos armes est, en fait, l’île Cocolint!

Un énorme “Merci” à Nintendo of Canada pour la copie du jeu!

The Legend of Zelda: Link's Awakening

79.99$
9.4

Graphismes

9.7/10

Trame Sonore

9.8/10

Jouabilité

9.2/10

Scénario

9.4/10

Durée de vie

9.1/10

Pour

  • La nostalgie à son meilleur
  • Graphisme vibrant
  • Musique attrayante
  • Créateur de donjon sympathique
  • Plus obligé d'équiper épée, bouclier, bottes ou bracelet

Contre

  • Impossible de partager nos donjons autre que sur des Amiibos
  • Quelques petits framedrops
Partager cet article
S'abonner :
Père de famille, gamer, chroniqueur pour Métro Média, développeur de jeu indépendant et programmeur dans la vie de tous les jours : j'initie mes enfants au plaisir du gaming avec les classiques des anciennes générations ainsi que les jeux récents.
Écrire un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.