Nous avons testé pour vous le nouvel attirail de la PlayStation 5: la PlayStation VR2.

La voici enfin arrivée, la toute nouvelle aventure en réalité virtuelle de Sony, maintenant conçue pour la PlayStation 5! Après le lancement, tout de même bien réussi, de la PlayStation VR sur la PlayStation 4, Sony a décidé de proposer une nouvelle version améliorée de son système de réalité virtuelle et c’est ce dont nous allons parler aujourd’hui.

Un casque qui vaut son pesant d’or

Premier point que nous parlerons ici, tout de suite : le prix de l’ensemble de départ qui est de 749,99$, soit un prix plus dispendieux que la console elle-même. Pour le commun des mortels, ce prix est dispendieux mais vous comprendrez, j’ose espérer, qu’au final celui-ci est non seulement justifié mais il aurait pu probablement même être plus élevé!

Pour les gens ayant déjà acheté ou utilisé le PlayStation VR, sachez que le nouveau casque ne requiert ni caméra, ni boitier de connexion HDMI pour relier l’appareil à la console et à votre téléviseur : en effet, le casque possède quatre caméras intégrées qui gère votre environnement spatial et, ainsi, capte tous vos mouvements de tête. Il n’est donc plus nécessaire d’avoir une PlayStation Camera pour capter les mouvements du casque et, ainsi, répéter vos mouvements dans le jeu. De plus, oubliez l’encombrement causé par de multiples fils rigides qui partent de votre casque pour se brancher à une boite HDMI étrange ainsi que la console : la PlayStation VR2 n’a qu’un long fil muni d’un port USB-C qui se branche, vous l’aurez deviné, dans le port USB-C frontal de la console. Rien d’autre n’est nécessaire! C’est vraiment, comme qui dirait, Plug and Play!

Autre nouveauté physique : les contrôleurs PSVR2 qui ressemblent étrangement aux manettes que possède le Meta Quest 2, mais dont l’anneau se situe autour du poignet plutôt qu’au-dessus des boutons de contrôle. Vous pouvez donc oublier les fameuses manettes PlayStation Move qui datent de l’époque de la PlayStation 3.

À l’intérieur de la boite se trouve également des petits earbuds, des oreillettes stéréo qui se branchent, via un connecteur 3.5mm, à même le casque PlayStation VR2 en épousant la forme de celui-ci. Les earbuds viennent avec différents formats de caoutchoucs pour le confort de vos oreilles et, ma foi, sont très confortables. Une fois bien positionnées, vous n’aurez même plus l’impression que le son provient de celles-ci mais plutôt de tout ce qui se déroule vraiment devant vos yeux. Pour ceux et celles qui espèrent un système audio intégré, comme le Meta Quest 2, vous pouvez malheureusement oublier cette option.

Étant un grand fan de réalité virtuelle et de tout ce qui peut être proposé, je dois dire que j’avais très hâte de pouvoir mettre ma main sur celui-ci et de voir à quel point la réalité virtuelle sur console peut être tout aussi époustouflante, sinon plus, que les autres produits offerts sur PC ou en standalone.

L’aspect technique du casque PlayStation VR2

S’inspirant du design de la PlayStation 5, la conception du casque s’apparente énormément à sa console de prédilection. La coupe et les courbes de celui-ci rappellent fidèlement les courbes des plateaux interchangeables de la console. Ajoutez à cela une sangle ajustable pouvant être serrée et verrouillée par une molette ainsi qu’un système de glissière pour ajuster la distance de l’écran frontal avec votre visage ainsi qu’une dernière molette afin d’ajuster la distance des écrans afin que ceux-ci soient placés directement devant vos yeux sans avoir à y toucher avec vos doigts.

Niveau confort, je me dois d’admettre que celui-ci est non seulement très facile à mettre, mais il est également très confortable et j’ai été énormément surpris par son poids qui est non seulement léger mais également bien réparti, ce qui ne vous donne pas l’impression d’avoir du poids vers l’avant de la tête et de devoir toujours vous forcer pour vous dresser droit et terminer avec un torticolis.

Les bordures du casque épouse très bien les formes du visage, cachant ainsi toute forme de lumière externe, ne brisant donc pas l’immersion en jeu et, contre toute attente, le système de ventilation intégré fait que même après de longues séances de jeu, vous n’êtes pas tout en sueur suite à un manque de circulation d’air et la chaleur que le casque peut dégager ainsi que votre corps.

Alors que le tout premier casque de VR de Sony proposait des écrans OLED ayant une résolution de 1920×1080 (1080p) par oeil et se branchait à un bloc qui forçait la projection sur la télé d’une image en 720p, la PSVR2 vient avec des écrans OLED 4K HDR offrant une résolution de 2000×2040 par oeil, le tout avec un taux de rafraichissement allant de 90Hz à 120Hz. Nous pouvons d’ores et déjà constater une nette évolution, ne serait-ce qu’au point de vue visuel.

Lors de la configuration initiale du PSVR2, vous allez devoir suivre des petits points rouges dans l’écran afin de permettre à l’environnement d’effectuer un rendu appelé « rendu fovéal », une technologie qui implique d’améliorer visuellement l’endroit où vos yeux regardent tout en diminuant la qualité visuelle des endroits où vous ne regardez pas afin d’accélérer l’affichage, d’avoir un meilleur visuel en tout temps et réduire considérablement la charge de travail du processeur.

Finalement, et non le moindre, le casque possède un moteur intégré pour la gestion haptique proposée dans certains jeux pour une immersion encore plus complète.

L’aspect technique des manettes PSVR2 Sense

La PlayStation VR2 a laissé de côté les anciennes manettes Move pour de nouveaux contrôleurs dont la conception rappelle une espèce de sphère coupée en deux : les PSVR2 Sense. Je ne savais pas à quel point celles-ci pourraient, ainsi, être aussi confortables et, ma foi, offrir une prise en main aussi naturelle. Les capteurs sur ces contrôleurs permettent de montrer à l’écran la position quasi exacte de vos mains et de vos doigts à tout moment. Je dis « quasi exacte » parce que, très souvent, elles peuvent indiquer que j’ai des doigts en pleine extension, principalement mes index et ce, même quand physiquement j’appuyais sur les touches R2 ou L2. Ce n’est pas la mer à boire et je me doute que ceci pourra être amélioré dans une éventuelle mise à jour des contrôleurs. Là où ça devient un peu « gênant », c’est le fait que les piles durent environ trois ou quatre heures et, comme chaque PSVR2 Sense se doit d’être branché via USB-C pour charger, tu as forcément besoin de deux fils, même si la boite n’en fournit qu’un seul, ou d’une station de charge.

Ces contrôleurs ont également le système de retour haptique et les gâchettes adaptatives, tout comme la DualSense, permettant d’expérimenter des effets dans vos mains dans certains jeux. La résistance des gâchettes, d’ailleurs, est fortement exploitée dans Horizon: Call of the Mountain, le spin-off des jeux Horizon Zero Dawn et Horizon: Forbidden West. Lorsque vous prenez votre arc en main, lorsque vous visez et lorsque vous bandez celui-ci avec votre flèche, toute la sensation se sentira dans vos mains et sur le bout des boutons L1, L2, R1 et R2. Même chose lorsque vient de temps d’utiliser vos piolets pour escalader les parois rocheuses.

Le contrôleur de droite est muni des boutons Croix, Cercle, Options ainsi que celui PlayStation et possède un joystick R3 et les gâchettes R1 et R2. Celui de gauche, quant à lui, est muni des boutons Carré, Triangle, Social ainsi que celui PlayStation, le joystick L3 ainsi que les gâchettes L1 et L2.

Comment configurer la PlayStation VR2

Tout comme la DualSense Edge, la PlayStation VR2 possède son propre menu d’invitation à la configuration. Dès le moment où vous branchez le casque dans le port USB-C de la console et que vous l’allumez, un menu d’invitation vous proposera de configurer l’équipement et vous aidera étape par étape. Le didacticiel prendra quelques minutes de votre temps afin de vous offrir une expérience optimale avec le moindre effort de votre part.

Une fois la configuration terminée, vous êtes prêt à jouer à vos jeux PSVR2 et c’est aussi simple que ça!

Une des choses que j’ai bien aimé, c’est de voir la fonctionnalité de visionnement externe du Meta Quest 2 sur le PlayStation VR2. Utilisant les quatre caméras de votre casque, vous pouvez voir distinctement votre environnement et ainsi retracer facilement vos manettes PSVR2 Sense ou les obstacles gênants que vous auriez pu avoir oublié de retirer de votre zone de jeu et ce, sans devoir retirer votre casque comme la première itération du PSVR.

D’ailleurs, parlant de zone de jeu, pendant la configuration initiale du casque, il vous demandera de scanner l’intégralité de la pièce où vous êtes, mur à mur et du plafond au plancher, afin de générer votre toute première zone de jeu. Aucun besoin de créer celle-ci avec vos manettes comme le Gardien du Meta Quest 2, le PSVR2 fera tout pour vous la première fois. Ensuite, ce sera à vous de l’ajuster en conséquence au besoin.

Si votre zone de jeu est d’au moins deux mètres par deux mètres, vous aurez accès à la fonctionnalité qui vous permet de jouer à certains jeux avec l’option du déplacement physique réel. Autrement, les jeux seront en mode stationnaire, vous permettant de jouer debout ou assis.

L’immersion offerte de la PlayStation VR2

Je vais être honnête, j’étais septique au départ. Le fait de retourner jouer avec un casque qui « a un fil » me déplaisait et j’avais l’impression que l’immersion ne serait pas totale suite à certaines petites lacunes techniques ou autre. J’ai finalement été conquis par le casque grâce à ses options de configurations rapides qui permettent de tout ajuster : luminosité, taille de l’écran, les vibrations du casque, la visibilité et tous les paramètres nécessaires facilement configurables.

Vous avez l’option d’être immersif dans un environnement à 360 degrés ou même utiliser le mode cinématique, mode qui affiche un écran fixe devant vous, vous permettant de jouer à vos jeux standards à même le casque, visionner des films ou autres.

Le casque, malgré sa taille, est très léger et épouse très bien le visage

D’ailleurs, je trouve génial le fait de pouvoir jouer à nos jeux standards grâce au casque puisque si vous ne possédez pas de téléviseur muni d’un port HDMI 2.1, le PSVR2 est l’alternative idéale pour profiter de vos jeux en 1920×1080 HDR et du 120Hz qui vous permet de jouer à vos jeux en 120 images par seconde!

J’en ai profité pour jouer à Monster Hunter Rise et retourner à Returnal avec le casque en mode cinématique et j’ai vraiment adoré mon expérience car celle-ci était nette et très fluide!

Petit désappointement, ici : j’espérais que les vidéo VR sur YouTube seraient en VR avec le casque et ce n’est malheureusement pas le cas. L’image demeure comme sur un écran géant et vous pouvez effectuer des rotations grâce à vos contrôleurs uniquement.

En revanche, pour les personnes portant des lunettes, l’ajustement de la position des écrans est si facile qu’il est hyper simple de pouvoir jouer en portant nos lunettes sans se sentir coincé ou inconfortable.

En conclusion

Jusqu’à présent, le monde de la réalité virtuelle demeure encore tabou pour certaines personnes. Plusieurs n’osent pas, parce qu’ils considèrent que cela coûte trop cher pour ce qui est proposé et que c’est un « gadget de plus parmi tant d’autres », d’autres vont l’acheter et l’utiliser à peine quelques fois pour ensuite le revendre ou le laisser prendre poussière et, finalement, un certain groupe cible ira investir dans celui-ci avec enthousiasme et sera conquis, tout comme moi.

Est-ce que le prix du casque est cher? Je vous l’accorde! Mais si nous comparons tout l’aspect technique du casque, que ce soit la qualité visuelle, audio, le système haptique, les gâchettes adaptatives, le suivi du regard avec le rendu fovéal, sa légèreté et sa facilité d’utilisation, cela en fait clairement un casque de prédilection et Sony doit continuer sur cette lancée et faire des campagnes de marketing de cette plateforme à tout prix.

Certes, le Meta Quest 2 propose « la même chose à moindre coûts et est sans fil » comme diront bon nombre de gens sur les réseaux sociaux ou dans vos cercles d’amis mais, croyez-moi, le Meta Quest 2 se situe loin derrière quant à la qualité des jeux offerts si vous ne possédez pas de PC de gaming, de qualité au niveau du rendu visuel et au niveau de la durée d’utilisation de l’équipement avant de devoir le brancher pour le charger à nouveau ou de vous munir d’un kit de piles additionnelles pour agrandir vos sessions de jeux.

Le PlayStation VR2, avec sa technologie actuelle, pourrait plutôt se comparer au HTC Vive Pro 2 ou le tout nouveau HTC Vive XR Elite qui se chiffrent à plus de 1500,00$ chacun, sans oublier qu’ils doivent être connectés à un PC Gaming, faisant grimper la facture d’au moins 1000,00$ de plus très facilement. Sinon, nous pourrions toujours le comparer au tout nouveau Meta Quest PRO, qui se vend 2000,00$, mais qui a une durée de pile encore moins longue que le Meta Quest 2. Sans oublier que dans les trois casques, aucun n’offre un rendu supérieur à 90Hz.

Clairement, la réalité virtuelle sur console a fait un énorme pas en avant et sait démontrer à tous que ceci n’est plus réservé qu’aux adeptes sur PC.

Le seul autre point qui est dommage, hélas, est que le kit ne propose aucun démo de jeu sur disque comme le premier ensemble PSVR et qu’aucun démo de jeu n’est disponible présentement sur le PlayStation Store. Ceci dit, j’imagine que certains feront leur apparition dès le lancement officiel le 22 février prochain.

Pour clore l’analyse complète, je dois tout de même être honnête et indiquer que je n’ai pas passé énormément de temps sur le casque depuis sa réception. J’ai néanmoins passé plusieurs heures déjà dessus et sur de multiples jeux, plus d’une dizaine en fait, et il a été très difficile pour moi de le lâcher même si, à un moment donné, de l’avoir toujours appuyé sur le nez faisait que je sentais le plastique commencer à faire un peu mal. Manque de rembourrage, dirais-je.

J’ai déjà complété le jeu Star Wars: Tales From The Galaxy’s Edge – Enhanced Edition, escaladé les pics de l’Héliaume dans Horizon: Call of the Mountain, aidé Quill à sauver le monde de Moss dans Moss: Book II, pagayé en antartique et dans la forêt amazonienne dans Kayak VR: Mirage, vaincu des hordes de démons à coups de dés dans Demeo et plus encore, alors je crois être assez à l’aise pour exprimer tout mon amour pour l’équipement actuel.

Oh, concernant le fameux fil USB-C qui relie le casque à la console, je ne m’en rend presque plus compte qu’il est présent.

Sur ce, je vous laisse, je retourne affronter des dinosaures dans Jurassic World Aftermath Collection.

Un énorme « Merci » à PlayStation Canada pour la manette!

PlayStation VR2

749.99$
9.7

Appréciation générale

9.7/10

Pour

  • Très facile à brancher et à configurer
  • Le retour haptique sur le casque et les PSVR2 Sense
  • La qualité de l'image est époustouflante
  • Le mode cinématique permet de jouer à nos jeux standards jusqu'à 120Hz
  • Très léger

Contre

  • Manque un peu de rembourrage, surtout au niveau du nez
  • Ne vient pas avec un disque de démos de jeux
  • Autonomie des PSVR2 Sense d'environ 4 heures

Père de famille, gamer, chroniqueur pour Métro Média, développeur de jeu indépendant et programmeur dans la vie de tous les jours : j'initie mes enfants au plaisir du gaming avec les classiques des anciennes générations ainsi que les jeux récents.

7 commentaires

  1. Pingback: PlayStation VR2, la FAQ - Le Bêta-Testeur

  2. Pingback: TEST - Moss est un vrai conte de fée! - Le Bêta-Testeur

  3. Pingback: TEST - Demeo - Le jeu de société virtuel de Donjons sans Dragons - Le Bêta-Testeur

  4. Bonjour,

    J’ai reçu mon PSVR2 jeudi passé et je l’ai testé toute la fin de semaine.
    Comme beaucoup de commentaires vu sur le net, je suis un peu déçu de ce voile blanc sur les graphismes et donc une sensation de flou quand tu regardes au loin. On s’en rend compte surtout avec les paysages de GT7 et Kayak.
    C’est sûr que Sony a dit que l’image est nette quand tu regardes devant toi. Qu’à mesure que tu tournes la tête, l’image vient plus nette là où tu regardes. Mais dans GT7 et Kayak, si tu regardes un point fixe du paysage au loin, le voile blanc reste et donc cette sensation de flou.

    Sony parlait de 4K, mais c’est plus du 2K par oeil. Donc ceux qui hésitent encore à l’acheter et qui s’attendent à voir une image limpide comme sur leur TV risque d’être déçus, car sur toutes les vidéos youtube de tests, ce sont des vidéos vu de la télé et non vu à travers le casque. Après, ça reste du VR et cette technologie n’est pas encore parfaite.

    À part ça je l’adore, c’est vraiment un casque performant et facile d’utilisation et le câble ne me gêne pas du tout. En jouant à GT7, j’ai même eu des papillons à l’estomac à chaque tour au circuit de SPA FRANCORCHAMPS après le premier virage quand il y a la descente puis la montée.
    Bonne nouvelle pour moi, je n’ai jamais eu la nausée avec aucun jeu pour le moment. Avec la PSVR1, certains jeux j’avais la nausée après quelques minutes même en jouant assis. Peut-être que mon cerveau s’habitue aussi à la VR.

    C’est sûr aussi que c’est la version 1.0 et je pense que Sony va prendre en compte les avis des joueurs et il y aura sûrement des mises à jour du casque pour l’améliorer avec le temps.
    Le Quest lui en est déjà à une cinquantaine de mise à jour, donc Sony a sûrement de la marge avec son casque PSVR2.

    Donc, pour ceux qui hésitent encore à investir, testez-le chez un ami avant ou attendez qu’il y a eu des mises à jour du casque.

    Malgré ce voile blanc, que je ne suis pas non plus un gros joueur, ni pointilleux, ce casque pour moi est une bête et j’ai bien du plaisir à l’utiliser et ce n’est que le début. L’immersion VR est vraiment bien.

    A+

    • Salut Stéphane!

      Merci pour ton avis que j’adore également. 🙂 Je dois avouer, en revanche, que je n’ai jamais vécu cet effet de « voile blanc » dont tu fais mention. Ou probablement simplement que je ne m’en suis jamais rendu compte!

      Et, pour GT7, ne me manque qu’un banc et un volant pour le tester vraiment en environnement de simulation complète et je trippe déjà à fond! 😀

      • Salut,

        Je vais peut-être prendre un rendez-vous pour un examen de la vue, à mon âge je suis peut-être dû 🙂

        Mon cerveau s’est peut-être habitué à la VR pour plus avoir la nausée mais peut-être pas mes yeux encore. Mais il y a beaucoup de commentaires dans les forums à ce sujet.

        C’est sûr que chaque personne est différente, on a tous des yeux et une vue différente. Certains, comme moi, perçoive peut-être plus ce »voile blanc » que d’autres.

        Après, des jeux comme GT7, c’est un jeu à plat à la base mis à jour pour la VR. Peut-être que des jeux à venir conçu méticuleusement 100% VR, on aura plus ou moins cette sensation de voile blanc.

        L’avenir nous le dira, ou mon opticien 🙂

        Tu vas adorer GT7 avec un volant.

        Bonne journée et bon VR.

  5. Pingback: PlayStation Showcase 2023 : toutes les annonces - Le Bêta-Testeur

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.