TEST – Pokémon Scarlet et Pokémon Violet méritent-ils d’être boudés?

Patrick Tremblay
Patrick Tremblay
lecture de 15 minutes

Les jeux sont sortis depuis près d’une semaine et des gens demandent à se faire rembourser. Méritent-ils autant de haine?

Pokémon Scarlet et Pokémon Violet sont enfin disponibles et, après avoir passé plusieurs heures sur les jeux, j’aimerais vous offrir mon analyse complète de ceux-ci. Je tenterai de faire un analyse complet sans divulgâcheurs mais je prendrai également le temps d’approfondir certains aspects des nouveaux jeux de Game Freak et de Nintendo.

La première chose qui a attiré mon attention, dès le départ, ce sont ses graphismes qui sont, sans contredit, magnifiques! Nettement plus joli que ce que Pokémon Épée/Bouclier a pu proposer et une coche au-dessus de Pokémon Legends: Arceus. Les modèles 3D ont des textures de meilleure qualité, ce qui donne plus de réalisme, en particulier dans les Pokémon. De plus, leur façon de se déplacer, seuls ou en bande, rend nos petits monstres bien-aimés encore plus réels et ayant un aspect beaucoup plus intéressant.

Maintenant, si l’on parle de l’aspect “Monde Ouvert”, qui avait été très médiatisé, je ne savais absolument pas à quoi m’attendre et, comme Pokémon Legends: Arceus avait été considéré comme tel sans l’être vraiment, j’avais peur d’être déçu et, honnêtement, ce n’est absolument pas le cas. Presque dès le départ, vous avez la possibilité d’explorer Paldea à votre guise sans passer par un itinéraire préétabli.

Encore là, comparativement à Pokémon Sword/Shield qui avaient été critiqués pour avoir des zones vastes mais vides, sachez qu’ici, c’est totalement l’inverse. Paldea est immense et pleine de vie, encourageant les joueurs à explorer pour trouver toutes sortes de Pokémon ou d’objets. De plus, ne vous attendez pas à collectionner des objets et qu’ensuite la zone soit vide! Le jeu placera de nouveaux objets à trouver çà et là en tout temps, vous invitant à continuer votre exploration encore et encore, comme s’il s’agissait d’objets que d’autres dresseurs avaient perdu en se baladant. Du côté des Pokémon, c’est la même chose! Peu importe le moment du jour, de la nuit, beau temps ou mauvais temps, les différents Pokémon que vous trouverez dans les zones varient énormément. À un moment donné, j’avais vaincu un Pokémon que j’aurais aimé capturer pour la première fois mais celui-ci ne réapparaissait pas, même plusieurs minutes plus tard, comme s’il s’agissait d’un Pokémon qui provenait d’une autre zone. Vous aimez voir les zones pleines de vie? Alors n’ayez crainte car il y a du Pokémon au pouce carré, ici. À un point tel que lorsque vous prenez votre monture, Koraidon ou Miraidon, il faut faire attention pour ne pas entrer en contact avec la nuée de Pokémon sauvages qui seront sur votre chemin, incluant ceux qui vous ignorent totalement, ceux qui vous évitent et ceux qui vous chargent.

De plus, je n’exagère absolument pas quand je dis que le monde est immense! On pourrait s’y perdre très facilement si ce n’était de la possibilité de consulter la carte à chaque instant. C’est également pour cette raison que les centres Pokémon, ainsi que les boutiques, deviennent des endroits qui se trouvent un peu partout et non pas uniquement en ville, vous permettant ainsi de soigner vos Pokémon afin de continuer votre progression plus facilement. Ajoutez à cela la possibilité d’utiliser un service de “taxis volants” qui vous permettra de retourner à différents endroits que vous avez déjà visités.

Une histoire à trois itinéraires

Dans le jeu, nous aurons trois itinéraires à suivre : la Victory Journey, qui consiste au classique affrontement de huit leaders de gym afin de devenir Maître dresseur, le Legendary Path, qui consiste à aider un personnage à collecter des épices cachées gardées par des Pokémon dominants et, finalement, le Stardust Way, qui consiste à entrer dans les différentes bases de la Team Star, l’équipe antagoniste de Paldea, pour y affronter les leaders. Encore une fois, tous ces itinéraires peuvent être complétés dans l’ordre que vous le désirez et ce, sans avoir à suivre un modèle prédéterminé.

Les affrontements des leaders de gym seront un peu différents, ce coup-ci. Il vous faudra, au préalable, surmonter des épreuves qui consistent en de petits défis comme trouver 10 Héliatronc cachés dans la ville, ou des petits puzzles sympathiques. Encore une fois, ce n’est rien de très complexe mais c’est différent que de devoir affronter des dresseurs dans une salle jusqu’à ce que vous arriviez au leader. Tout comme Arceus, la progression de la musique de combat contre le leader du gym est dynamique, ayant une certaine mélodie au début qui passe naturellement à une mélodie beaucoup plus excitante avec des gens qui chantent lorsque l’adversaire utilise son dernier Pokémon qui aura le boost de téracristallisation.

La téraquoi?!

Avant de parler de la téracristallisation, phénomène unique lié à la région de Paldea, je vais vous parler un peu plus du système de combats. Première des choses, il s’agit encore d’un jeu de type RPG aux combats au tour par tour, ce qui signifie que le Pokémon le plus rapide inflige un coup en premier, suivi de l’autre, le tout suivant une action prédéfinie entre quatre types de techniques sélectionnées lorsque vous appuyez sur le bouton “Attaque”. Le concept n’a pas changé, quoiqu’une nouvelle action a été ajoutée en jeu, celle de pouvoir sortir votre Pokémon de sa Pokéball et de l’envoyer récupérer des objets au loin ou attaquer des Pokémon sauvages directement sans assistance. Ce nouvel ajout, appelé “Let’s Go!”, est vraiment un vent de fraîcheur car il permet de faire plusieurs combats en l’espace de quelques secondes, permettant ainsi d’amasser de l’EXP et des objets beaucoup plus rapidement. Et en parlant de combats, les combats contre les dresseurs ne seront plus obligatoires. Si vous voulez affronter quelqu’un, vous devrez vous approcher et parler directement au dresseur pour commencer le combat. En outre, vous saurez à l’avance que quelqu’un veut se battre car vous verrez les dialogues entourées d’une bande jaune.

La nouvelle mécanique principale de cette aventure est la Téracristallisation, dans laquelle je ne vais pas me plonger pour ne pas donner beaucoup de divulgâcheurs, mais je dois dire que cela me rappelle beaucoup la Méga Évolution de Pokémon X et Pokémon Y. C’est d’une beauté à voir, surtout l’animation lors de la capture d’un Pokémon téracristallisé, et je crois que c’est très réussi et satisfaisant.

Bien que les graphismes soient très bons pour les faibles standards que la franchise avait gérés, malheureusement, les performances sont bien inférieures à celles des autres jeux Switch avec des mondes ouverts, comme Xenoblade Chronicles 3 ou même The Legend of Zelda: Breath of the Wild. Le jeu souffre de baisses constantes du taux de rafraichissement d’images, en particulier après être passé en ville ou quand vous affrontez la Team Star dans leur base. Ajoutez à cela des bogues d’affichage comme voir sous le sol, les ombrages qui disparaissent en faisant tourner la caméra, les objets animés au loin qui saccadent, etc. Là où bon nombre de joueurs criaient à la manque de performance de la console, il semblerait plutôt, en fait, que la problématique provienne du jeu lui-même qui aurait des pertes de mémoire, justement lorsque l’on entre en ville. Il semblerait que le jeu “oublie” de vider la mémoire et consomme la RAM de la console à chaque fois que nous entrions en ville, ce qui bourre la mémoire et crée les problèmes de latence par la suite. La plupart des gens ne s’en rendront pas compte car ils jouent sporadiquement et replacent la console en veille, ce qui purge la mémoire. Mais les gens qui jouent de nombreuses heures sans arrêt vivront plus facilement cette problématique. Donc oui, les graphismes sont beaux mais les bogues et les soucis techniques font que celui-ci pique les yeux énormément. Beaucoup plus que ce qu’a été critiqué Pokémon Legends: Arceus par le passé. Je crois donc qu’avoir attendu pour lancer le jeu afin de peaufiner ces quelques problèmes aurait été un grand avantage pour Game Freak et Nintendo.

L’histoire en bref

Pour ce qui a trait à l’histoire du jeu, c’est relativement la même qu’à chaque fois : un enfant d’une dizaine d’années qui veut apprendre à devenir un dresseur. Il serait un peu temps de pouvoir offrir autre chose, ne serait-ce que l’idéologie du jeune garçon ou de la jeune fille de 10 ans. Sachant le nombre de dresseurs adultes que nous croisons lors de nos périples et sachant tout aussi bien que les jeux de Pokémon attirent également beaucoup les gamers adultes, ça pourrait être bien que, pour une fois, le joueur puisse personnaliser son personnage incluant son âge ou même sa taille et son poids.

Ce qui s’avère être une fonctionnalité intéressante, c’est le nouveau multijoueur en ligne qui permet à quatre personnes de « partager » le même jeu et de voyager ensemble à travers la région. Sincèrement, je n’en dirai pas plus pour le moment. Allez l’essayer, je vous en conjure!

Le jeu étant basé selon une région très hispanophone, les dialogues que nous voyons, même s’ils sont traduits en français avec brio, utilisent beaucoup de jargons qui semblent provenir d’un style hispanique combiné à un français qui “tente de faire jeune”. Certaines expressions qui sont proposées sont étrangement à double-sens sans peut-être même le vouloir mais pourrait heurter un peu certaines personnes qui laisseraient des plus jeunes y jouer. Malheureusement, il manque encore une fois l’aspect narratif du jeu, sachant qu’il serait somme toute très facile de pouvoir enfin intégrer des voix à certains dialogues majeurs, par exemple.

Bien que, comme toujours, il y ait beaucoup de détails qui auraient pu être mieux polis, Pokémon Scarlet et Pokémon Violetse sentent très complets et travaillés dans tous les aspects et ne Je n’ai aucun doute qu’ils deviendront les best-sellers de la franchise une fois les soucis graphiques réglés via des mises à jour. Sans exagération, ils sont clairement les jeux vidéo Game Freak les plus ambitieux à ce jour, étant un pas de géant par rapport à Sword et Shield, qui avaient une section technique médiocre et un développement très précipité, et même Legends: Arceus, qui offrait un pseudo-monde ouvert beaucoup plus vide et un système de combat qui a amené à “Let’s Go” dans ces jeux-ci.

En conclusion

Nous y sommes, à la fin de l’analyse. Comme vous pouvez le constater, je n’ai pas mis de gants blancs quant aux problèmes de graphismes et de bogues que le jeu possède. Je dirais même que je comprends très bien la vague de gens qui ont demandé à se faire rembourser par Nintendo leurs copies numériques, chose qui a été acceptée par la firme japonaise et ce, même si ce n’est pas dans sa politique habituelle. Ceci dit, je penses tout de même qu’il s’agit là du meilleur jeu Pokémon disponible, surtout si vous aimez le concept de monde ouvert où vous pouvez faire ce que vous voulez comme vous le voulez sans devoir vous restreindre à des routes précises à suivre comme les vieilles générations. Si les graphismes ont une quelconque importance pour vous, attendez que les mises à jour arrivent pour acheter, ou même racheter, le jeu. Sinon, je vous garantis que vous allez vivre la plus belle expérience Pokémon et Legends: Arceus a servi de superbe tremplin à cette génération-ci.

Un énorme “MERCI” à Nintendo of Canada pour la copie du jeu!

Nom du jeuPokémon Scarlet / Pokémon Violet
Date de sortie18 novembre 2022
DéveloppeurGame Freak
SériePokémon
ÉditeurNintendo
Plates-formesNintendo Switch
GenreJeu de rôle, jeu d’aventure
Mode de jeuSolo et Multijoueur
LangueMultilingue (français inclus)

Pokémon Scarlet / Violet

79.99$
8.6

Graphismes

7.3/10

Trame Sonore

8.6/10

Jouabilité

8.9/10

Scénario

9.1/10

Durée de vie

9.3/10

Pour

  • Graphismes jolis
  • Très belle trame sonore
  • Trois scénarios distincts
  • Monde ouvert évolutif
  • Multijoueur plaisant

Contre

  • Les bogues graphiques
  • Le taux de rafraichissement qui en prend pour son rhume
Partager cet article
S'abonner :
Père de famille, gamer, chroniqueur pour Métro Média, développeur de jeu indépendant et programmeur dans la vie de tous les jours : j'initie mes enfants au plaisir du gaming avec les classiques des anciennes générations ainsi que les jeux récents.
3 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.