TEST – The Ascent est le nouveau Action RPG que vous devez jouer

Patrick Tremblay
Patrick Tremblay
lecture de 11 minutes

Combinez un jeu de tir à de l’action brutale dans un univers cyberpunk époustouflant, voici ce qui vous attend dans ce jeu

Dans l’univers du jeu The Ascent de Neon Giant et Curve Digital, des milliers de gens atterissent sur la planète Veles afin d’y débuter une nouvelle vie. Si vous n’avez pas les reins assez solides pour vous payer le voyage, alors vous pouvez signer un contrat pour devenir un Indent, une sorte d’esclave pour la société The Ascent Group.

Étant un employé de la société sur Veles, coincé dans une gigantesque tour surpeuplée qui y abrite cette ville plus qu’animée. En proie au crime et à la corruption, la ville peuplée de différentes espèces de partout dans la galaxie est votre terrain de chasse. Embauché comme mercenaire par les habitants, vous devrez tenter de résoudre leurs problèmes afin de pouvoir rembourser votre dette envers “The Man”.

Un gameplay plus que satisfaisant

Ayant testé le jeu sur XBox Series X, je peux confirmer que ce jeu a un excellent contrôle à la manette avec une belle touche de nervosité dans chaque bouton. On se déplace avec le joystick de gauche et on mire avec celui de droite, un peu à la saveur des twin-stick shooters, dans un environnement à la vue isométrique un peu à la Diablo. Les environnements sont denses et emcombrés, sans oublier les jeux de lumières et d’éclairage sombre et lourd qui rend l’atmosphère tout simplement incroyable.

On a tendance à arrêter d’avancer pour regarder les décors et voir tout ce qui bouge autour de nous. Par moment, on peut même apercevoir des genres d’insectes robotisés qui parcourent les déchets jonchés sur le sol tel des charognards.

Et que dire de la ville, Arcology, une fois qu’on y arrive pour la première fois après la scène d’introduction au jeu et le carnage que nous devons faire sur notre passage. Elle est comme une gigantesque plaque tournante où y vivent de multiples personnages. C’est à cet endroit, bien entendu, que vous pouvez faire l’acquisition de nouvelles quêtes, de nouvelles pièces d’équipement et, également, discuter avec certains PNJ. Remplie de lumières aux néons, de panneaux publicitaires, d’habitants et de crasse, celle-ci donne vraiment l’impression d’être une gigantesque ville industrielle complètement désordonnée. C’est fou, je me disais que si Cyberpunk 2077 avait eu une ville similaire, ça aurait été un jeu totalement différent!

La planète Veles est tout aussi magnifique, avec des détails minutieusement méticuleux qui sont vraiment dignes de ce vieux cliché dont se vantaient certains studios avec leurs jeux vidéo “vivants”.

Le jeu me fait penser à des mangas cyberpunks haut de gamme qui prennent vie, avec le genre de qualité que vous attenderiez d’un studio AAA. Malgré l’angle de caméra fixe de haut en bas, on a l’impression d’être tout petit au-travers des gratte-ciels se fondant dans le smog de la pollution, éclairés par des voitures volantes et de magnifiques ombres dynamiques.

D’ailleurs, à un moment donné, je suis entré dans une zone au même moment où un véhicule volant a subi une sorte de dysfonctionnement, puis a explosé en une boule de feu en percutant le côté d’un bâtiment. L’atmosphère chaotique et violente du jeu est au rendez-vous dès le début, vous faisant vous sentir petit et vulnérable dans un monde qui ne veut rien de plus que vous tuer.

Au début, tout semble un peu simple. Cela dit, plus vous progressez et plus vous commencerez à creuser un peu plus dans les systèmes de combat et, surtout, dans le côté RPG du jeu même si celui-ci ne se présente pas comme tel.

Un twin-stick shooter qui se présente comme un RPG

Comme la plupart des jeux RPG, vous montez en niveau, vous pouvez dépenser des points de compétences sur des attributs comme le maniement d’arme ou votre équilibre, ce qui impactera votre vitesse de rechargement ou le temps de recharge de vos esquives et, éventuellement, déverrouiller des capacités actives et même la cybernétique.

Combinez ceci à l’aspect financier du jeu qui, également, se présente de très belle façon. L’argent accumulée vous permettra d’acheter ou de moderniser vos équipements, que ce soient des armes, des armures ou de la cybernétique. Bien entendu, l’argent est récupéré de façon traditionnelle: ouvrir des coffres, vendre des pièces détachées, botter des derrières et compléter des quêtes.

Un autre point du jeu qui a suscité mon intérêt a été la façon dont le monde est intelligemment interconnecté. On a vraiment l’impression de jouer à un jeu d’aventure un peu comme les bons vieux Diablo et, sincèrement, ce n’est pas du tout ce à quoi je m’attendais. Dans ma tête, twin-stick shooter signifie plus un jeu où tu “fonces dans le tas” et tu “tires tout ce qui bouge”. Mais non, il va arriver par moment où vous allez entrer dans des zones où il n’y aura absolument rien, le temps de vous rendre à l’endroit demandé.

J’ai été impressionné par les textures projetées en 3D et la fumée produite par l’attaque, qui a également capté la lumière de manière dynamique. Les explosifs créent également toutes sortes de destructions environnementales qui donnent au jeu une sensation vraiment élevée. C’est exactement le genre de choses que j’espère d’un jeu vidéo. Il y a là le progrès qui démontre que nous nous dirigeons vraiment vers la next-gen avec des jeux qui proposent enfin ce que les bandes-annonces démontrent au point de vue de la qualité visuelle et les mécaniques de jeu.

Est-ce un jeu difficile?

Je vais être honnête, j’ai trouvé le jeu un peu dur. La première mission, avec ton petit pistolet, était vraiment un jeu d’enfant. Quand tu affrontes des créatures comme les gobelins du départ, tu te dis que ça va être un jeu d’enfant… mais une fois que tu es rendu à affronter des humanoïdes qui utilisent des armes également, qui se cachent hors de ton champ de vision pour ensuite t’envoyer des rafales de balles, c’est là que le “fun” commence. C’est un jeu dans lequel vous allez faire beaucoup de “kiting”. Pour ceux qui ne comprennent pas ce que signifie ce terme, en fait il s’agit de se déplacer sans arrêt en tuant tout ce qui s’approche de nous en évitant de se faire toucher le plus possible, pour ensuite affronter ceux qui peuvent nous toucher à distance. La roulade sera sensiblement votre meilleur ami par moment! Comme si ce n’était pas assez, il vous reste également à vous poser les questions suivantes : suis-je assez haut niveau pour la zone? Est-ce que mes armes sont adaptées aux ennemis que je vais affronter? Est-ce que j’ai bien augmentez la bonne résistance parmi la demi-douzaine proposée sur mon armure?

Cela dit, une fois familiarisé avec les armes et posséder un bon équilibre de statistiques dans vos équipements, vous serez fin prêt à vous rouler par terre, tirer, lancer des grenades et utiliser les quelques capacités de mêlée que vous avez.

En conclusion

J’ai rencontré quelques bugs dans mon temps avec le jeu. Heureusement, rien pour dire que le jeu est brisé, mais quelques problèmes audio et visuels de temps en temps. Entre autres, il y avait un bug audio persistant où on avait l’impression qu’un truc robotisé était sur le point de flancher. C’était bruyant, se produisait plusieurs fois et cela se produisait n’importe où et le seul moyen d’en venir à bout était de relancer le jeu. Je me doute, par contre, que ce sera corrigé d’ici la sortie officielle du jeu. Sinon, il m’est arrivé une fois de rester coincé sur un écran noir lors de l’écran de chargement.

C’est sincèrement impressionnant de voir un studio de 12 vétérans de l’industrie proposer un jeu aussi complexe, complet et intéressant. Au départ, vous aurez l’impression que le jeu est typique du genre mais, après quelques missions, vous allez vous rendre compte à quel point le jeu est impressionnant, détaillé et complet. Pouvant être joué en coop jusqu’à quatre joueurs localement ou en ligne et même en crossplay XBox/PC, voici définitivement un jeu que vous devez jouer si vous aimez les Diablo-like et que vous êtes en manque de jeux qui ont de l’intensité.

Dernière petite chose : Le nom des développeurs est “Neon Giant”. Souvenez-vous en bien car lors des prochains The Game Awards, vous risquez de le voir râfler bon nombre de prix, dont celui du jeu indépendant de l’année.

Un énorme “MERCI” à Curve Digital pour la copie du jeu!

The Ascent

39.99$
9.4

Graphismes

9.3/10

Trame Sonore

9.4/10

Jouabilité

9.1/10

Scénario

9.5/10

Durée de vie

9.7/10

Pour

  • Sublimes graphiques
  • Trame sonore intense
  • Destruction environnementale bien gérée
  • Excellente histoire
  • Mode coop local et en ligne avec crossplay PC/XBox

Contre

  • Peut être un peu complexe pour certains
  • Le niveau de difficulté monte vite
  • Quelques légers glitches et bugs
Partager cet article
S'abonner :
Père de famille, gamer, chroniqueur pour Métro Média, développeur de jeu indépendant et programmeur dans la vie de tous les jours : j'initie mes enfants au plaisir du gaming avec les classiques des anciennes générations ainsi que les jeux récents.
Écrire un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.