TEST – The Last Of Us Part II Remastered

Patrick Tremblay
Patrick Tremblay
lecture de 14 minutes

Vous ne l’aviez pas espéré si tôt et pourtant, voilà la rémasterisation du deuxième jeu de Joël et Ellie

Nous ne nous en cacherons pas, le jeu The Last of Us Part II de Naughty Dog est un chef-d’oeuvre. Cet avis tournera principalement sur le jeu dans son intégralité, ne l’ayant pas fait ici auparavant, mais nous toucherons bien entendu à la portion “Remaster” de celui-ci et ce, malgré le fait qu’une version “Remastered” du jeu n’était absolument pas nécessaire à mes yeux.

Bande-annonce de dévoilement du jeu The Last of Us Part II Remastered

Avec le tout premier jeu de la franchise, sorti en 2013 lors de la fin de vie de la PlayStation 3, le jeu The Last of Us Part II a fait la même chose avec la console précédente de Sony.

Hélas, le premier titre ayant une fin plutôt déstabilisante qui n’avait guère le choix de nous indiquer qu’une suite allait exister, voilà que s’est dévoilé la nouvelle aventure de Joël et Ellie.

Un jeu intense où l’attachement n’a pas sa place

Tout dans The Last of Part II est mis au service de l’histoire, encore une fois une histoire qui se distingue par sa simplicité, y compris dans les thèmes qu’elle traite.

En analysant le développement de l’intrigue, nous voyons en revanche une très grande différence par rapport au premier jeu : The Last of Us Part II bénéficie d’une narration fragmentée avec des sauts temporels constants. L’ordre ordre chronologique n’est pas une pièce maîtresse, ici. Ceci dit, le tout a été fait de façon brillante et exécutée avec brio, donnant lieu à de fantastiques moments.

Et ne laissez pas croire que Naughty Dog va vous laisser sur votre faim : ils ont sélectionnés très précisément les informations que vous devez connaître et à quel moment vous en ferez l’apprentissage.

Écrit de façon exceptionnelle, The Last of Us Part II se veut à la fois juge, jury et bourreau : si le jeu veut que vous aimiez un personnage, vous avez forcément l’aimer. En revanche, si le rôle d’un personnage est d’être haït au plus haut point, croyez-moi que vous allez la détester corps et âme! Le casting va d’ailleurs en ce sens et même les dialogues les plus décontractés seront de superbe qualité et viendront donner de la force et de l’impact au jeu.

Bien entendu, The Last of Us Part II centralise principalement son scénario autour d’Ellie qui, vous vous en doutez, est un personnage issu de la communauté LGBT et, ainsi, beaucoup de situations vont traiter des relations des personnages faisant partie de cette communauté ainsi que les groupes opprimés. Je lève d’ailleurs mon chapeau au studio de jouer cette carte sans aucune gêne!

La manière dont The Last of Us Part II gère la tension est tout simplement exceptionnelle, vous laissant souvent sortir d’une situation, que ce soit une séquence de gameplay intense ou une scène vidéo captivante, avec le cœur battant à un rythme effréné. Il est difficile de ne pas ressentir cette montée d’adrénaline et le besoin de reprendre son souffle après avoir inconsciemment retenu son souffle pendant plusieurs minutes. Et laissez-moi vous assurer que nous ne sommes pas en train d’exagérer ici – chaque moment du jeu est une véritable bataille épique qui vous maintient en alerte à tout instant. Cela peut même être épuisant, mais d’une manière qui témoigne de l’immersion totale dans cette expérience de jeu exceptionnelle.

Beaucoup de studios prétendent que leurs jeux sont les plus grands et les plus ambitieux, mais dans le cas de The Last of Us Part II, Naughty Dog ne mentait pas. Ayant passé près d’une quarantaine d’heures dans le jeu original, avant la sortie du remaster, j’étais complètement absorbé par le monde du jeu. À tel point que, même dans les moments les plus calmes, je semblais instinctivement vouloir ralentir la cadence car c’était la chose naturelle à faire. Au-delà des heures de jeu, c’est l’émotion qui domine et, contrairement au premier opus où l’on ressentait avoir vécu un voyage, celui-ci m’a laissé avec le sentiment d’avoir vécu toute une vie.

La magie narrative qui avait déjà marqué The Last of Us se manifeste ici de manière encore plus fascinante. Le gameplay est utilisé de manière extrême pour raconter l’histoire, que ce soit à travers le changement de posture du corps d’Ellie ou les animations qui évoluent en fonction des événements récents de l’histoire. À titre d’exemple : les expressions du visage, les gestes, tout change en réaction aux éléments de l’intrigue et à la situation actuelle. Si vous explorez, son visage reste calme mais, à la proximité d’ennemis, elle devient plus crispée et agressive. Alors imaginez à quel point son expression facial devient sauvage lorsque vient le temps de se battre pour sa vie.

Le jeu utilise intelligemment ce que nous connaissons du premier jeu pour nous surprendre à maintes reprises. Chaque balancement d’attente est suivi d’une innovation inattendue, et Naughty Dog a exploité de manière ingénieuse toutes les ressources révélées depuis l’annonce du jeu.

Bien entendu, l’un des points fort est également le récit environnemental, une pépite qui avait déjà marqué le premier The Last of Us. Chaque lieu, aussi petit et optionnel soit-il, cache une histoire captivante. Les notes et les documents disséminés dans le monde ont toujours une raison d’être, développant des sous-intrigues fascinantes qui s’étendent à travers divers endroits. Chaque recoin du jeu est imprégné de significations, créant un univers riche et immersif qui va bien au-delà de l’histoire principale. En fait, ce n’est pas seulement un jeu, c’est une expérience de vie vidéoludique qui vous hante longtemps après que vous ayez éteint votre console.

Cette œuvre se nourrit de son prédécesseur, reliant des détails qui prennent tout leur sens après avoir vécu l’épopée de Joel et Ellie, voire même l’extension Left Behind. Le premier jeu a inévitablement laissé une empreinte indélébile.

Malgré les comparaisons constantes, et j’en suis désolé, The Last of Us Part II est audacieusement différent, explorant des sensations et des thèmes bien éloignés de la première aventure. Il cherche à susciter des questions sur la notion de “bon” et “mauvais”, tout en nous confrontant à des choix difficiles.

Les développeurs ont clairement pris des risques considérables, provoquant des réactions contrastées, mais ces choix audacieux sont essentiels pour créer une expérience unique et inoubliable.

Du point de vue technique, The Last of Us Part II atteint des sommets inégalés dans l’industrie du jeu vidéo, d’où l’incompréhension à vouloir sortir une version remaster aussi rapidement. Les détails visuels et le photoréalisme des environnements naturels à la cohérence visuelle dans des lieux variés sont à couper le souffle! Chaque animation minutieusement conçue contribue à une immersion sans faille. Et dans ce réalisme, nous pouvons clairement y dénoter une violence crue, voire même crasse, au point de vous inviter à ressentir de la répulsion et de la culpabilité face à la brutalité de ce monde détruit.

La bande son viendra, à son tour, compléter magistralement l’expérience, ajoutant une dimension émotionnelle profonde. Les acteurs insufflent une vie extraordinaire aux personnages, transmettant des émotions puissantes avec une finesse remarquable, et la musique vient boucler la boucle avec une précision chirurgicale.

Qu’en est-il des ajouts de la version remastérisée?

En novembre, le studio a dévoilé une surprise de taille avec les Lost Levels, comprenant des versions de développement inédites de trois nouvelles étapes palpitantes : les égouts, la fête à Jackson et la chasse au sanglier.

Dès le téléchargement terminé, et comme nous pouvons transférer nos sauvegardes du jeu au format PlayStation 4 vers cette nouvelle version de jeu, j’ai plongé tête baissée dans ces nouvelles pépites, captivé par les détails croustillants fournis par les développeurs sur la genèse et les raisons des modifications apportées à ces sections.

L’ajout qui a attiré le plus mon attention, en revanche, a été le mode roguelike baptisé No Return. Après plusieurs heures d’immersion dans ce nouveau mode, je peux vous dire que celui-ci est très plaisant à jouer. Certes, il n’est pas présenté pour vous proposer quelque chose de narratif. Il est là pour vous donner une expérience de jeu pure et dure. Il est là pour vous proposer de superbes défis sans être épique. Il est un mode qui se joue bien mais dont je vous suggère fortement d’y embarquer après avoir complété le scénario principal.

Au niveau visuel, les améliorations apportées sont tout simplement époustouflantes! Je ne pensais pas qu’il était possible de proposer quelque chose d’encore plus beau que ce que le titre original avait pu proposer à sa sortie. L’éclairage est encore plus saisissant lorsque nous sommes à l’extérieur, le visuel des personnages est encore plus peaufiné, à un point tel que vous pourrez remarquer les différents petits détails, incluant la chevelure plus fine.

Vous aurez également la possibilité de jouer en mode Qualité, ce qui offre un 4K à 30 images par seconde visuellement incroyable ainsi que le mode Performance qui vous offrira, de son côté, une résolution native QHD (1440p) avec une fréquence de base à 60 images par seconde avec prise en charge de la VRR. Vous aurez donc la possibilité de profiter de cette oeuvre d’art visuelle avec un meilleur rendu ou un plus grande fluidité.

Et, pour les fans de musique : vous aurez l’opportunité de jouer de la guitare comme bon vous semble!

Pour conclure le tout

The Last of Us Part II est un chef-d’œuvre qui transcende les attentes du jeu vidéo, exigeant que les joueurs remettent en question leurs notions de victoire et de défaite. Il offre une expérience intense et réfléchie, laissant une empreinte indélébile longtemps après que l’écran s’est éteint. Ce n’est pas simplement un jeu sur la victoire, mais sur les pertes inévitables, une exploration poignante de l’humanité dans un monde dévasté.

Les ajouts de la version remaster sont parfaites et viennent proposer du nouveau contenu que ceux qui possèdent le jeu pourront bénéficier avec plaisir pour un maigre 10$ additionnel plutôt que de devoir racheter le jeu à plein prix et, pour les nouveaux venus, ils auront la possibilité d’acquérir le jeu dans la meilleure version possible et, pour une fois, ce n’est pas à plein prix!

Est-ce qu’une version remastérisée était nécessaire? Pas nécessairement, j’en conçois. En revanche, de proposer un jeu complet avec un visuel encore plus étonnant, de nouvelles zones et de nouvelles aventures ainsi qu’un mode roguelike additionnel pour se préparer à l’arrivée de la deuxième saison de la série télévisée sans avoir à payer le plein prix pour les anciens et à un prix abordable pour les nouveaux venus, c’est nettement la meilleure option envisageable.

Un énorme “MERCI” à PlayStation Canada pour la copie du jeu!

Nom du jeuThe Last Of Us Part II Remastered
Date de sortie19 janvier 2024
DéveloppeurNaughty Dog
SérieThe Last Of Us
ÉditeurSony Interactive Entertainment
Plates-formesPlayStation 5
GenreJeu d’action-aventure
Mode de jeuSolo
LangueMultilingue (Français inclus)

The Last of Us Part II Remastered

64.99$
9.9

Graphismes

10.0/10

Trame sonore

9.9/10

Jouabilité

9.5/10

Scénario

10.0/10

Durée de vie

10.0/10

Pour

  • Un visuel à couper le souffle
  • Une bande son magistrale
  • Une histoire captivante
  • Des personnages troublants
  • Le mode No Return est amusant et les Lost Levels donnent l'impression de se glisser dans les coulisses du studio
Partager cet article
S'abonner :
Père de famille, gamer, chroniqueur pour Métro Média, développeur de jeu indépendant et programmeur dans la vie de tous les jours : j'initie mes enfants au plaisir du gaming avec les classiques des anciennes générations ainsi que les jeux récents.
un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.