TEST – Zenith: The Last City amène son univers MMO sur PSVR2!

Patrick Tremblay
Patrick Tremblay
lecture de 10 minutes

La PlayStation VR2 a encore beaucoup de contenu à offrir et ce MMORPG en fait clairement partie

Pour les fans de jeux de rôle ainsi que de MMORPG, voici quelque chose de fort intéressant : le jeu Zenith: The Last City, publié par Ramen VR, est maintenant également disponible sur la PlayStation VR2. Préparez-vous à de l’action, de l’exploration et un jeu au look futuriste assez intéressant.

Guerrier ou un sorcier? Faites votre choix!

Dans l’univers des MMORPG, il est important de prendre en considération l’importance des mondes vastes, souvent des mondes ouverts, remplis de monstres, de missions, de villes et villages bondés de PNJs ainsi que des donjons, des raids et de la collecte. Voilà ce que vous propose d’entrée de jeu Zenith: The Last City. Grimpez, sautez, planez, frappez, cultivez et plus encore dans ce jeu de rôle multijoueur.

Un jeu qui promet beaucoup mais…

Souvent, lorsque vient le temps de penser à un MMORPG en réalité virtuelle, nous pensons systématiquement à la série télé Sword Art Online, la fameuse série qui parle de Kirito et des milliers de gens coincés dans un jeu de rôle multijoueur massif appelé Sword Art Online dans lequel chaque joueur peut mourir dans la vraie vie s’il meurt dans le jeu ou si son NerveGear est débranché dans le monde réel.

Beaucoup pensent à SAO car il a le contexte parfait pour être un MMORPG complet pour les casques de réalité virtuelle de notre génération, si ce n’est le fait qu’ils ne prennent pas le contrôle complet de nos corps dans le jeu via le système de la pensée connectée. En revanche, son style et sa complexité en ferait un excellent jeu de nos jours.

Enfin bref, je me laisse emporté par SAO pour faire un certain parallèle avec Zenith : ce jeu qui a célébré son premier anniversaire le 22 janvier dernier est vraiment très plaisant à jouer mais manque fâcheusement de contenu dans la plupart des sphères qu’il propose.

En premier lieu, vous n’avez que deux classes de personnages : le guerrier, appelé Blade Master et le sorcier, baptisé Essence Mage. Parmi ces deux classes se retrouvent trois catégories classiques des jeux MMO : le DPS, le Tank et le Healer. La classe DPS, dont l’acronyme signifie Damage Per Second ou Dégâts Par Seconde, est celle qui sert à infliger le plus de dégâts possibles aux ennemis. Le Tank, quant à lui, est celui qui contrôle l’agressivité de l’ennemi et gère la majorité des dégâts. Finalement, le Healer est la catégorie des soigneurs et, vous vous en doutez, s’occupe de la santé des autres membres du groupe. Vous avez donc qu’à choisir le principal aspect de votre personnage : vous préférez vous battre au corps à corps ou à distance? Ensuite, ce sera de voir si vous voulez infliger un maximum de dégâts, protéger vos camarades ou soigner les autres. C’est hélas un choix très limité, surtout sachant que le jeu est sorti il y a déjà plus d’un an.

Ajoutez à cela le faible choix de personnalisation des avatars que nous avons, ce qui fait en sorte que les joueurs dans le jeu se ressemblent presque tous au détriment de la couleur des cheveux ou des yeux.

L’autre truc qui me fait réagir, c’est le concept de “vol” dans le jeu. En fait, comme mentionné d’entrée de jeu, il s’agit plutôt de planer. Vous placez vos bras en pleine extension sur les côtés, de façon à ce que votre corps forme un “T”, et vous planez. Inclinez vos poignets vers l’avant vous fera accélérer et, à l’inverse, vers l’arrière pour reprendre un peu d’altitude et ralentir. Je comprends que ceci est une fonctionnalité qui permet de voyager plus rapidement et éviter les dégâts de chute mais je crois que cela aurait pu être mieux présenté. Même Richie’s Plank Experience propose mieux dans son atelier de formation de superhéros.

Zenith n’a pas que de mauvais côtés

En revanche, le jeu Zenith brille par son gameplay et son univers. Se déplacer dans ce vaste univers est vraiment très plaisant et le fait d’avoir la possibilité de pouvoir grimper quasiment n’importe quelle structure pour voir ce qui se trouve encore plus loin est très satisfaisant. Le fait de pouvoir interagir avec d’autres joueurs en multiplateforme est vraiment super également puisque cela vous permet de jouer avec des gens sur Meta Quest 2, Steam VR, PlayStation VR et PlayStation VR2.

D’autre part, la possibilité de pouvoir concevoir nos objets, de faire des attaques d’événements aux côtés d’autres joueurs qui ne sont pas dans notre groupe, l’histoire et les quêtes nous ramène vraiment l’essence d’un vrai MMORPG, mais en réalité virtuelle. Le fait que la cuisine soit placée autant en avant-plan, puisque c’est la façon de se soigner, rajoute vraiment une belle couche à ce que l’on doit faire. Ces points sont vraiment très bien à mes yeux et pourront plaire à bon nombre d’entre vous, j’en suis sure.

Les combats sont très bien. Difficiles à comprendre au départ car, ma fois, c’est un brin mal expliqué, mais à la longue, on s’y fait. La seule chose que je critique encore à ce jour est le principe de jeter notre épée au loin pour faire du dégât de zone sur certains ennemis. Mon Dieu que c’est difficile de bien cibler l’endroit où on veut lancer notre arme. J’ai l’impression d’être un enfant droitier de trois ans qui tente de lancer un jouet sur une cible avec sa main gauche!

Du côté des menus, ça laisse encore une fois à désirer. L’interface utilisateur est très différent du style visuel que le jeu nous propose, à un point tel qu’on se demande s’il n’a pas été fait pour un autre jeu et n’a pas simplement été implanté là pour rendre ça plus facile et moins long pour les développeurs.

Autant j’ai adoré l’aspect visuel du jeu que je ne peux passer sous silence toutes les fois où j’ai vu des objets popper dans l’écran ou des visuels qui changent et se déforment de façon bizarre en se promenant, sans oublier les nombres de fois innombrables où le jeu a crashé et m’a ramené dans l’interface de la PlayStation 5, me demandant de signaler l’erreur aux développeurs.

Au niveau de la trame sonore, elle est jolie mais sans plus. La trame audio ainsi que les effets sonores sont bien mais à la fois très génériques. Malheureusement, elles ne nous laissent pas un petit ver d’oreille comparativement à ce que nous pouvons entendre dans d’autres jeux.

Pour conclure le tout

En conclusion, Zenith: The Last City possède tout ce qu’il y a pour devenir éventuellement un très bon MMORPG. Le gameplay est assez bien, les contrôles sont assez faciles si on oublie le concept de lancé d’armes et le terrain de jeu proposé est très vaste et amusant. Ayant une bonne variété d’ennemis offrant de superbes combats et des quêtes à profusion, vous ne verrez probablement pas les heures passer à y jouer, si ce n’est que le jeu vous crash en pleine gueule.

Hélas, le manque de choix de classes, de personnalisation, les menus tristes et fades ainsi que les soucis techniques engendrés par le jeu en découragera probablement certains. Qu’à cela ne tienne, un petit studio de 13 employés comme Ramen VR qui propose un MMORPG aussi vaste et qui n’est pas vide, c’est un sacré coup de maitre!

Si vous êtes un fan de jeux RPG et de réalité virtuelle, Zenith: The Last City est clairement un jeu à jouer. Certes loin de Sword Art Online, ne vous créez pas trop d’attentes : profitez simplement du moment et, comme moi, espérez qu’un bon lot de contenu se présentera éventuellement.

Un énorme “Merci” à Ramen VR pour la copie du jeu!

Nom du jeuZenith: The Last City
Date de sortie22 Février 2023
DéveloppeurRamen VR
Série
ÉditeurRamen VR
Plates-formesPlayStation VR2
GenreJeu de rôle, jeu massivement multijoueur
Mode de jeuSolo et multijoueurs
LangueAnglais

Zenith: The Last City

39.99$
7.8

Graphismes

8.3/10

Trame Sonore

6.9/10

Jouabilité

7.8/10

Scénario

7.4/10

Durée de vie

8.6/10

Pour

  • Bonne histoire
  • Combats plaisants
  • Monde vaste et riche
  • Multiplateforme
  • Visuellement joli

Contre

  • Problèmes visuels par moment
  • Le système de vol/planage
  • Les contrôles par moment, dont les jets d'épées
  • Beaucoup de bugs et de crash
  • Manque cruellement de contenu et de personnalisation
Partager cet article
S'abonner :
Père de famille, gamer, chroniqueur pour Métro Média, développeur de jeu indépendant et programmeur dans la vie de tous les jours : j'initie mes enfants au plaisir du gaming avec les classiques des anciennes générations ainsi que les jeux récents.
Écrire un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.